Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Et si des trains de nuit desservaient à nouveau le Massif Central?

mercredi 23 janvier 2019 à 8:36 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

L'idée peut sembler utopique, à l'heure où la SNCF a supprimé pratiquement tous ses trains de nuit. Trois collectifs et associations d'usagers viennent d'écrire pour demander le retour d'un train de nuit, au moins sur la ligne du Cévenol.

Raccordement d'un train de nuit, comme cela se faisait jusqu'en 2003 en gare de Clermont
Raccordement d'un train de nuit, comme cela se faisait jusqu'en 2003 en gare de Clermont © Maxppp - Nicolas Vallauri

Auvergne, France

Jusqu'en 2003, deux trains de nuit circulaient sur les lignes du Massif Central. Ils ne formaient qu'un seul train entre Paris et Clermont avant d'être scindé en deux tranches, une pour Nîmes, via la ligne du Cévenol, l'autre pour Béziers, via la ligne de l'Aubrac. Depuis, pratiquement toutes les liaisons qui existaient en France ont été supprimées; la SNCF a préféré les abandonner progressivement, y compris le Paris - Nice - Côte d'Azur, le train le plus fréquenté. Il ne reste que trois trains de nuit, Paris - Briançon, Paris - Rodez et Paris - La Tour de Carol, financés par l'Etat.

Le collectif des usagers des transports du Haut-Allier, l'association de défense des usagers du Gard et le collectif de défense de la gare de Villefort a donc écrit début janvier à Guillaume Pépy, le président de la SNCF, et Elisabeth Borne, la ministre chargée des transports, pour demander le retour d'un train de nuit entre Paris et Nîmes, via Clermont. 

Le train de nuit, nouvelle tendance

Pour les signataires, le train de nuit ne présente que des avantages. Il est pratique, économique, écologique. Il permet de desservir des zones rurales, où les moyens de transport ne sont pas nombreux. Un train de nuit permettrait aussi de conforter cette ligne, dont l'avenir reste incertain. Et leur vitesse n'est pas un problème, les voyageurs ont déjà l'habitude de rouler lentement. Au contraire, voyager de nuit fait même gagner du temps en dormant pendant le trajet. 

Et puis le train de nuit est tendance. Plusieurs compagnies ferroviaires étrangères ont relancé des trains de nuits avec un matériel moderne, plus confortable que les trains dans lesquels vous avez peut-être voyagé il y a quelques années. C'est le cas par exemple du Moscou - Nice, depuis 2010, ou des trains que viennent de mettre en service les chemins de fer autrichiens, au départ de Vienne.

Pour le moment, ni Guillaume Pépy, ni Elisabeth Borne n'ont répondu à cette demande.