Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Des voitures en autopartage testées pour rallier la gare Sud de France depuis Baillargues

Par

Jusqu'à fin août, des voitures en autopartage font la navette entre les gares de Baillargues et de Montpellier Sud de France. Une expérimentation qui veut montrer la pertinence de l'autopartage là où il n'y a pas de transports en commun.

Expérimentation : des voitures en autopartage pour rallier la gare Sud de France depuis Baillargues Expérimentation : des voitures en autopartage pour rallier la gare Sud de France depuis Baillargues
Expérimentation : des voitures en autopartage pour rallier la gare Sud de France depuis Baillargues © Radio France - Valentin BERTRAND

Deux clics et vroum. C'est la promesse de Modulauto, l'entreprise montpelliéraine qui gère les voitures en autopartage entre les gares de Baillargues et de Montpellier Sud de France. Depuis la mi-juin, cinq véhicules sont ainsi répartis sur les parkings des deux gares. À l'image d'une navette, ils font des allers-retours entre les deux sites.

Publicité
Logo France Bleu
Un des cinq véhicules en autopartage entre les gares de Baillargues et de Sud de France © Radio France - Valentin BERTRAND

Il s'agit pour l'heure d'une expérimentation commandée par la Métropole de Montpellier jusqu'à la fin août. L'objectif est de démocratiser l'autopartage en dehors des centres-villes.

Un tarif "très attractif"

Olivier de Broissia est le directeur de Modulauto , l'entreprise qui opère ces voitures en autopartage. Pour lui, ce fonctionnement en navette est prometteur, tant d'un point de vue logistique qu'économique : 

"Jusqu'à maintenant, nous pratiquions l'autopartage en boucle. C'est à dire qu'il fallait systématiquement ramener la voiture au point de départ. Là, l'autopartage en aller simple est pertinent car il permet d'aller facilement d'un pôle d'échange à l'autre, en sachant qu'il n'y a pas de transport en commun entre les deux."

Olivier de Broissia : "L'autopartage permet d'aller facilement d'un pôle d'échange à l'autre" © Radio France - Valentin BERTRAND

Première étape pour faire entrer l'autopartage dans les habitudes des automobilistes : rendre le service le plus simple possible. Et cet itinéraire s'y prête bien selon Julie Frèche, la vice-présidente de la Métropole en charge des transports : 

"Ça peut être utile pour partir en week-end par exemple. Vous partez de la gare de Baillargues où vous prenez une voiture en autopartage. Une fois arrivé en gare Sud de France, aucun problème pour la garer puisque la voiture a sa place dédiée. C'est facile."

Pour commencer, il faut télécharger l'application mobile VOP . Une fois inscrit, il est possible de réserver une voiture et de la déverrouiller en deux clics. Ensuite, Olivier de Broissia espère que l'argument économique finira de convaincre l'usager : 

"On a un tarif très attractif pour inciter les gens à essayer. Ça coûte 5 € de l'heure, kilomètres et carburant inclus."

loading

Créer des "hubs de mobilité partagée"

Du côté de la métropole, on garde un œil attentif sur le compteur des réservations. Car si l'expérimentation est concluante, le dispositif pourrait être répliqué dans la ceinture montpelliéraine, où les transports en commun se font rares.

Dans la ligne de mire des autorités : la deuxième voiture que possèdent de nombreux foyers. Si l'autopartage se développe, Julie Frèche espère les inciter à se séparer d'un de leurs véhicules : 

"Il n'y a que comme ça qu'on arrivera à décongestionner la ville, à améliorer la qualité de l'air et à favoriser les transports décarbonés. Sur le parking de la gare de Baillargues vous avez à la fois une aire de covoiturage, des bornes électriques de recharge, une station d'autopartage. Dans les territoires périurbains, notre ambition est de créer des hubs de mobilité partagée."

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu