Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Expropriés de la LGV en Mayenne : « plus qu’une vingtaine de dossiers à solder »

-
Par , France Bleu Mayenne
La Cropte, France

Le constat a été dressé ce jeudi lors de l'assemblée générale de l'ADE, l'Association des Expropriés de la LVG en Mayenne. Une cinquantaine de ses membres étaient réunis à Laval.

Stéphane Thireau, le président de l'ADE 53
Stéphane Thireau, le président de l'ADE 53 © Radio France - Claudia Calmel

La Ligne à Grande Vitesse sera lancée le 2 juillet. Elle va permettre de relier Paris à la Mayenne en 1h20 dans le meilleur des cas. Mais le chantier ne s'est pas fait sans mal : des dizaines de possesseurs de terrains qui se trouvaient sur le tracé ont été expropriés. Des accords ont finalement été trouvés avec Eiffage, l'entreprise qui gère les travaux, pour dédommager la majorité des riverains. Mais il ne reste plus qu’une vingtaine de dossiers de réclamations dans les tiroirs de l'ADE 53 selon Stéphane Thireau, le président de l'association : «Les réclamations restantes portent souvent sur des modifications de parcours : par exemple, des exploitants agricoles qui devaient parcourir 500 mètres pour accéder à une parcelle et qui doivent maintenant faire 3 kilomètres pour contourner la ligne. Il y a aussi des gens qui avaient des propriétés en un seul noyau qui se retrouvent coupées en deux par la LGV. Mais je suis plutôt optimiste : ce projet concernait énormément de monde au départ, le nombre de dossier qu’il reste à traiter peut paraître minime aujourd’hui. Je pense qu’on va arriver au bout et pouvoir résoudre tous les problèmes résiduels avec Eiffage. »

« La LGV ? Ca fait comme un avion qui va atterrir sur la maison »

Une cinquantaine de personnes ont participé à l’assemblée générale de l’ADE 53. Danielle et Michel habitent à la Cropte à 200 m de la LGV. Mais ils ne font pas partie des riverains expropriés : leur maison est jugée trop lointaine par Eiffage.

Danielle et Michel redoutent de voir leur maison sévèrement dévaluée
Danielle et Michel redoutent de voir leur maison sévèrement dévaluée © Radio France - Claudia Calmel

Pourtant, les nuisances sont bien réelles pour Danielle : « Pendant une des journées de test de la ligne, les trains roulaient à plus de 350 km/h. C’était carrément invivable : ça fait comme un avion qui va atterrir sur la maison ! Heureusement, les trains vont rouler moins vite quand la ligne sera opérationnelle, mais on aura quand même des nuisances sonores. On est venu habiter à la Cropte il y a 40 ans pour y trouver le calme et on se retrouve à devoir cohabiter avec des TGV. Et par la force des choses, notre maison va se retrouver dévaluée. Notre vie est chamboulée. »

Une nouvelle réunion de l'Association des Expropriés de la LGV 53 pourrait avoir lieu au mois de septembre pour évoquer la baisse du prix du foncier pour les maisons des riverains du tracé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess