Transports

Face au manque de conducteurs TER, la SNCF intensifie ses formations

Par Céline Loizeau, France Bleu Isère jeudi 22 septembre 2016 à 19:05

Exercice au simulateur de conduite avec Lionel Willey, formateur, et Kamal, un élève.
Exercice au simulateur de conduite avec Lionel Willey, formateur, et Kamal, un élève. © Radio France - Céline Loizeau

Depuis mi 2014, en Rhône-Alpes, la SNCF fait face à une pénurie de conducteurs de TER. Reportage à Lyon, dans l'un des 4 centres de formation des conducteurs.

Le manque de conducteurs TER, le phénomène n'est pas propre à la région Rhône-Alpes, devenue Auvergne/Rhône-Alpes au 1er janvier 2016. Mais comme PACA, elle fait partie des dernières régions à être confrontées à ce souci. L'entreprise de transports tente d'y faire face. Cette pénurie, elle l'explique notamment par une modification des règles de départ en retraite et un retard dans la livraison de nouveaux matériels, l'empêchant ainsi d'anticiper comme elle l'aurait souhaiter ses recrutements.

Le nombre de sessions plus que multiplié par 2 en 2 ans

Conséquence pour les usagers, certains TER ont été supprimés ou remplacés par des bus. En Auvergne/Rhône-Alpes, ça concerne 40 TER sur les 1.400 en circulation chaque jour. Selon la direction de la communication, le retour à la normale est prévu en décembre prochain avec la publication du nouveau plan de circulation. Il faut dire qu'elle intensifie ses efforts pour recruter massivement : le centre de formation de Lyon accueillait 5 promotions en 2014 contre 12 en 2016. Le nombre de formateurs a aussi grossi.

Pour postuler, il faut avoir le bac. L'an passé, au plan national, la SNCF a reçu plus de 43.000 candidatures. 600 personnes ont été sélectionnés et admises dans les différentes écoles. Le recrutement dure 6 mois et se passe en de nombreuses étapes : CV et lettre de motivation, entretien par téléphone, entretien physique, tests psychotechnique, de logique, etc. Il y aussi des examens médicaux avec vérification de la vue, de l'ouïe, du coeur. En raison du niveau de concentration qui est exigé, le conducteur doit être en bonne santé et doit avoir une bonne hygiène de vie. "L'alcool quand on est en service est interdit; impossible de consommer de la drogue et il faut profiter des moments de pause pour se reposer", précise Lionel Willey, l'un des formateurs du centre de Lyon.

Très peu de candidates

La formation dure un an et se fait par petits groupes d'une dizaine d'élèves. Parmi les qualités à avoir selon Damien et Kévin, deux jeunes élèves, il y a une très grande rigueur, l'autonomie. Tous deux reconnaissent que cette formation dense va leur demander beaucoup d'investissement. Le volume de connaissances est important entre vocabulaire spécifique à appréhender, procédures de sécurité nombreuses à maîtriser,  mais aussi notions de mécanique. Déborah est l'une des rares filles à suivre cette voie. En France, on compte 2% de femmes chez les conducteurs. Même si le métier n'est pas hyper physique, les freins sont les horaires décalés et le fait de devoir parfois dormir hors de la maison. Des exigences pas toujours faciles à allier avec une vie de maman.

Taux de réussite en progression

La formation, qui coûte 70.000 euros par élève à la SNCF, alterne cours théoriques, exercices concrets sur simulateurs et de la pratique en situation réelle. Comme à l'auto-école, l'élève conduit assez vite un train. Un conducteur aguerri l'accompagne forcément. Cette formation, qui désormais rentre plus vite dans le vif du sujet, explique notamment que le taux de réussite à l'examen s'améliore d'années en années. Il est passé en peu de temps de 48 à 68% au plan national. Gérard Labrosse, qui dirige le centre de formation de Lyon,  l'assure le niveau d'exigences reste le même. "On ne transige pas avec la sécurité des usagers !" Il avance d'autres raisons dont la prise en charge de la recherche du logement par l'entreprise - l'élève n'a qu'à se soucier de sa formation - et des écoles qui restent ouvertes plus longtemps et qui permettent de s'exercer plus longtemps. Les formateurs sont également plus présents. Il y a eu aussi un effort de communication fait sur ce métier, permettant une meilleure connaissance de la part des candidats. Au début de sa carrière, un conducteur TER touchera environ 1.700 euros; 2.500 au bout de 15 ans; sommes qui n'englobent pas les différentes primes possibles.

Reportage au centre de formation des conducteurs de Lyon

Le centre de formation des conducteurs à Lyon accueillera 12 promotions cette année; contre 5 en 2014. - Radio France
Le centre de formation des conducteurs à Lyon accueillera 12 promotions cette année; contre 5 en 2014. © Radio France - Céline Loizeau

Partager sur :