Transports

Faut-il encore étendre les zones piétonnes?

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault mardi 27 septembre 2016 à 9:18

Avant sur le boulevard du Jeu de Paume, c'était 17.000 voitures par jour
Avant sur le boulevard du Jeu de Paume, c'était 17.000 voitures par jour © Radio France - Marie Ciavatti

Paris prend une nouvelle mesure anti-voiture en piétonnisant les voies sur berge. Ce virage, Montpellier l'a pris il y a 30 ans déjà.

Alors que Paris vient de voter la piétonnisation définitive des voies sur berge, Montpellier peut revendiquer aujourd'hui l'une des zones piétonnes les plus étendues d'Europe. 78 hectares dans le centre historique et ses abords.

Petit historique

La Ville a amorcé le virage dans les années 80, en chassant peu à peu les voitures de la Comédie. A l'époque la circulation s'organise autour de "l'oeuf", un rond point où passe notamment la nationale 113. La Ville fait creuser le tunnel qui permettra la traversée souterraine de la place. Puis le tram arrive: la ligne 1 début 2000, la 2 en 2006. En 2012, ce sont les boulevards autour de l'Ecusson qui passent piétons: le Jeu de Paume, Ledru Rollin, là où 7 ans plus tôt circulaient 17.000 voitures par jour. Aujourd'hui, les trottoirs ont été refaits, avec des arbres, des bancs et des commerces plus haut de gamme. Le tram et les bus ont remplacé les bouchons.

Les riverains en général sont ravis:

La plupart des riverains ne reviendraient pas en arrière

La piétonnisation est plus contestée chez les commerçants. Elle serait responsable d'une baisse régulière de la fréquentation des boutiques de l'Ecusson, au profit des centres commerciaux en périphérie.

"On perd toujours plus de clientèle". Michel Caraco commerçant dans la rue Saint Guilhem - Radio France
"On perd toujours plus de clientèle". Michel Caraco commerçant dans la rue Saint Guilhem © Radio France - Marie Ciavatti

Michel Caraco tient une minuscule boutique au bord du jeu de paume en bas de la rue St Guilhem: une petite serrurerie cordonnerie. Depuis l'arrivée du tram, il respire mieux mais il a moins de clients et doit désormais travailler 7 jours sur 7 pour maintenir son activité.

Michel Caraco, commerçant

Même des spécialistes de la mobilité émettent des réserves: on aurait atteint les limites de la piétonnisation. L'une des pistes serait de développer non pas des zones sans voitures, mais des zones où la vitesse est limitée à 30km/h.

Partager sur :