Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Faut-il passer à 70 km/h sur la rocade de Toulouse ?

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Une réflexion est en cours du côté de la préfecture, mais le maire de Toulouse s'oppose à un changement de limitation de vitesse. En attendant, les solutions tardent à venir pour la rocade, qui voit passer près de 140.000 véhicules chaque jour sur certains tronçons.

Sur la rocade de Toulouse
Sur la rocade de Toulouse © Radio France - Mathieu Ferri

Toulouse, France

Tous les matins, la rocade est asphyxiée. Certaines portions voient passer près de 140.000 véhicules par jour, notamment à l'ouest, entre la Cépière et les Ponts-Jumeaux. Idem pour le secteur d'Empalot, au sud. Il y a quelques jours, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a dit "non" à une baisse de la limitation à 80 ou 70 km/h, alors que la préfecture mène une réflexion sur le sujet, pour éventuellement changer les panneaux de vitesse, qui sont à 90 depuis 2007.

Jean-Luc Moudenc "doute de l'efficacité d'une telle mesure", et estime qu'elle "contraindrait fortement et inutilement les Toulousains". Le maire dit surtout vouloir attendre les résultats des tests en cours à Lille et Lyon (la rocade lyonnaise est passée à 70km/h depuis le 29 avril). Depuis le début d'année, les deux agglomérations ont fait passer la limitation de 90 à 70 km/h sur leurs rocades.

"A 110 km/h, y'avait des bouchons. On est passés à 90, c'est pareil, ça change pas."

Pour le vice-président de Toulouse Métropole en charge des déplacements, Jean-Michel Lattes qui était l'invité de France Bleu Occitanie ce lundi, le problème vient surtout de la "congestion".

Une baisse de vitesse qui effraie d'avance certains automobilistes du pays toulousain, si elle devait être appliquée dans la Ville rose. "Moi je prends la rocade tous les matins", raconte Angélique, qui vit à Balma, et qui se souvient de l'époque où le périphérique était encore limité à 110 km/h : "à 110, y'avait des bouchons. On est passés à 90, c'est pareil, ça change pas".

"De toute façon quand y'a du monde, on ne peut même pas rouler à 90" juge François, un habitant de Lavaur, qui a l'habitude de bifurquer à la Roseraie pour aller vers l'A64, en passant par Empalot. Mais le Tarnais ne serait pas contre la régulation du trafic en temps réel, en adaptant la limitation de vitesse "en direct", si le nombre de voitures est trop conséquent.

"Ca serait pas mal. Pour la pollution, pour le bruit, pour la qualité de vie."

L'argument pollution a tendance à faire mouche aussi. "C'est le seul que je pourrais entendre" avoue David, de Quint-Fonsegrives, qui accepterait volontiers de lever le pied en cas de pic de pollution. Ce qui a déjà été le cas, momentanément, en novembre 2017. Idem pour Isabelle, qui fait tous les jours le trajet entre Balma et Cugnaux. Baisser tout le temps la vitesse à 70 ? "Ca serait pas mal. Pour la pollution, pour le bruit, pour la qualité de vie".

Certains élus, eux, veulent des mesures radicales, en plus d'une baisse de la vitesse. Le groupe écologiste au conseil municipal de Toulouse veut carrément changer la philosophie de la rocade : en faire un boulevard urbain, avec au moins une voie dédiée aux bus et au covoiturage. Les écologistes qui sont d'accord sur un point avec Jean-Luc Moudenc : quelle que soit la décision prise sur la rocade, il faudra l'accompagner du développement des transports en commun.