Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Fermeture de la rue de Rivoli : "les taxis sont favorisés", dit le secrétaire général de l'association des VTC

-
Par , France Bleu Paris

La rue de Rivoli est réservée aux vélos, bus, taxis et véhicules d'artisans depuis le 11 mai. Une mesure prise par la mairie de Paris face à l'épidémie de Covid-19, mais qui pourrait finalement être pérennisée. Les chauffeurs VTC manifestent ce lundi contre cette fermeture.

La rue de Rivoli est interdite à la circulation, notamment pour les VTC (illustration)
La rue de Rivoli est interdite à la circulation, notamment pour les VTC (illustration) © Radio France - Nathanael Charbonnier

Les chauffeurs VTC appellent au rassemblement ce lundi 22 juin à midi devant la mairie de Paris. Depuis le déconfinement, le 11 mai dernier, la rue de Rivoli est réservée aux vélos, bus, taxis et véhicules d'artisans. Une décision qui impacte l'activité des chauffeurs VTC, explique Arnaud Desmettre, secrétaire général de l'association des VTC de France.

"On s'est rapidement rendu compte que ça n'allait pas être temporaire", s'inquiète Arnaud Desmettre. Artère importante de la capitale, la rue de Rivoli traverse Paris sur trois kilomètres et sa fermeture "créé d'importants embouteillages" aux alentours selon le secrétaire général de l'association des VTC de France.

"On n'est pas reconnus à notre juste valeur"

"Nous sommes artisans au même titre que les taxis", explique-t-il, estimant faire face à de la concurrence déloyale. Alors que d'autres rues vont peut-être fermer dans la capitale. Contre ces mesures, les chauffeurs VTC demandent à être reçu par la municipalité pour pouvoir utiliser les voies de bus, "quitte à payer la taxe pour pouvoir les emprunter".  

"On n'est pas reconnus à notre juste valeur" - Arnaud Desmettre, secrétaire général de l'association des VTC de France

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu