Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Fin des opérations de relevage après le déraillement d'un TGV en gare Saint-Charles à Marseille

lundi 27 août 2018 à 9:12 Par Jules Brelaz, France Bleu Provence et France Bleu

Le TGV qui a déraillé à faible allure vendredi soir à la gare Saint-Charles de Marseille a pu être relevé et évacué, annonce la SNCF lundi matin. Les différentes enquêtes ouvertes à la suite de l'accident semblent écarter la piste criminelle. Le trafic des TER reste perturbé jusque vendredi.

Les opérations de relevage du TGV qui a déraillé se sont terminées dimanche en fin de soirée.
Les opérations de relevage du TGV qui a déraillé se sont terminées dimanche en fin de soirée. © Maxppp - Valérie Vrel

Marseille, France

Trois jours après le déraillement d'un TGV à l'entrée de la gare Saint-Charles de Marseille, "trente agents de la SNCF travaillent d'arrache-pied jour et nuit pour réparer les rails", assure Jean-Aimé Mougenot, le directeur régional de la SNCF en Provence-Alpes-Côté-d'Azur. 

Les opérations de relevage du TGV se sont terminées dans la nuit de dimanche à lundi un peu plus tôt que prévu. Nous allons pouvoir faire de nouvelles constatations

En clair, les sept voitures ainsi que la motrice arrière sorties des voies, sans se coucher, a été remise sur les rails. Mais il va encore falloir réparer les sept voies toujours fermées à la circulation. 

"Ce sont 400 tonnes qui sont tombées sur les rails et ont continué de rouler sur les traverses et  les connections électriques, il y a donc de gros dégâts mais on ne peut pas dire qu'un rail retrouvé cassé est l'élément d'origine de l'accident;"

Trois enquêtes ouvertes, toujours aucune piste

Pour le moment, la SNCF n'est pas en mesure d'expliquer les circonstances du déraillement du TGV. La compagnie ferroviaire mène actuellement ses constatations, alors qu'une enquête judiciaire est également ouverte. 

"Les enquêteurs externes et ceux de la SNCF n'ont toujours pas identifié les causes du déraillement", explique Jean-Aimé Mougenot. Le Bureau d'enquête sur les accidents de transports (BEA-TT) a également lancé des investigations. L'hypothèse d'une malveillance ou d'un acte terroriste semble écartée. 

Vers un défaut électrique qui entraîne une panne d'aiguillage ? 

"Nous pensons qu'il s'agit de la rupture d'un rail" explique François Tejedor, le secrétaire général de la CGT Cheminot en PACA, l'accident repose la question de la surexploitation de la gare Saint-Charles "saturée" et la nécessité de moderniser les infrastructures. 

"Au plan général, il n'y a rien qui fasse de Marseille une spécificité qui mériterait un plan d'urgence en maintenance" (J-A. Mougenot)

Le directeur régional de la SNCF reconnaît toutefois que "pour pouvoir mieux exploiter et avoir des trains à l'heure, nous avons besoin de plus de places". 

Trafic perturbé jusque vendredi 

"Nous espérons pour que toutes les lignes TER soient rouvertes à la circulation dans les prochains jours, et je peux vous assurer que le retour à la normale se fera vendredi". Pour le moment, la circulation des TGV, Ouigo et Intercités n'est pas perturbée. 

En revanche le trafic des TER est limité à deux aller-retour matin et soir entre Marseille et Miramas via Martigues et Marseille et Aix-en-Provence, avec des bus de substitution durant la journée. 

Seul changement impactant les grandes lignes, les TGV desservant Nice et Toulon s'arrêtent désormais en gare de Marseille Blancarde en lieu et place de la gare Saint-Charles.