Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Un trajet Paris-Amiens en bus 100% électrique

lundi 12 mars 2018 à 16:38 Par Adrien Toffolet, France Bleu Paris, France Bleu Picardie et France Bleu

Paris-Amiens, en bus, ça existe déjà. Mais en bus 100% électrique, c'est une 1ère. L'opérateur FlixBus se lance dans ce pari écolo avec la mise en service de la ligne prévue pour début avril.

Un car 100% vert pour les trajets longue distance
Un car 100% vert pour les trajets longue distance - B.E. green/FlixBus

Paris, France

Un autobus vert, des sièges, des prises USB, une soute à bagage, mais sous le capot... Pas un bruit., un moteur 100% électrique alimenté par six batteries. C'est plus que les bus électriques de ville, mais c'est nécessaire pour faire des trajets de moyenne distance sans faire aucun arrêt. 

"L'électrique, on y pensait depuis longtemps", reconnaît Yvan Lefranc-Morin, Directeur général de FlixBus France, "mais jusqu'à présent la technologie n'était pas suffisante pour pouvoir opérer sur des moyennes/longues distances des véhicules électriques." 

C'est désormais possible. Les constructeurs européens sont à la traîne, mais en Chine, les autorités ont vivement encouragé les entreprises à investir dans les énergies vertes. Flixbus s'est donc tourné vers le constructeur Yulong, pour lui commander deux bus électriques.

200 Km d'autonomie maximum

"Déjà en termes techniques, Paris-Amiens, c'était une distance qui convenait à ce type de voyages. On ne peut pas aujourd'hui aller au delà de 200 km. Donc les 150 km entre les deux villes sont assez évidents et rentrent bien dans ce moule", explique Yvan Lefranc-Morin.

La ligne Paris-Amiens va donc faire office de test. Il s'agit de convaincre les potentiels passagers. Flixbus prévoit 1 A/R par jour du lundi au mercredi et 2 A/R du jeudi au dimanche. Impossible d'envisager plus avec les 4h de recharge obligatoire.

A 400 000 euros le bus (soit environ 30% plus cher qu'un véhicule thermique classique), le service espère que les clients seront au rendez-vous. D'autant qu'en transport, écolo n'est pas nécessairement synonyme de billets chers. 

Yvan Lefranc-Morin : "Les tarifs ne seront pas plus chers que sur une ligne classique. On aura un prix moyen du billet qui sera sous les 10 euros. Il faut savoir que les véhicules électriques sont plus chers à l'achat mais moins chers à l'exploitation. Donc on n'envisage pas d'impacter une quelconque hausse des prix des billets. Donc ce sera relativement tout bénef' pour les clients parce qu'en plus d'un tarif super attractif, ils auront la possibilité de voyager à bord d'un véhicule électrique."

Amiens, et après...

Si la technologie fait ses preuves, le réseau qui dessert les grandes villes à moins de 200km de Paris pourrait bien prendre un sérieux coup de vert à l'avenir. 

"On a énormément de lignes qui font moins de 200km sur notre réseau, beaucoup pourraient être éligible à ce type de ligne électrique." Cela demande aussi des aménagements sur le territoire : "Il faut que les infrastructures suivent, notamment pour pouvoir recharger les véhicules en bout de ligne et s'assurer que les passagers puissent être transportés dans de bonnes conditions."

Yvan Lefranc-Morin était ce mardi matin l'Invité de France Bleu Picardie. Pour lui, "FlixBus va plus concurrencer la voiture que la SNCF".

"Avec nos bus électriques, la ligne Flixbus Paris - Amiens sera particulièrement vertueuse" se félicite Yvan Lefranc-Morin

Aucun projet concret n'est à l'étude encore, mais à terme, la concurrence pourrait développer l'activité et le réseau. A moins de 200 km, Rouen, Reims, ou encore Orléans seront peut-être les prochaines lignes ouvertes depuis Paris.