Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Franchissement de la Loire à Orléans : une, et même deux passerelles à l'étude pour les vélos

jeudi 7 juin 2018 à 17:11 Par Anne Oger, France Bleu Orléans

Les élus d'Orléans Métropole envisagent la création de deux passerelles pour les piétons et les vélos, pour résoudre en partie le problème du Pont Royal, où les pistes cyclables sont trop étroites. L'une à l'ouest du pont Georges V, l'autre à l'est du Pont Thinat. Des études vont être lancées

L'une des passerelles pourrait être construite à l'ouest du Pont Royal
L'une des passerelles pourrait être construite à l'ouest du Pont Royal © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

C'est le point noir pointé par tous les cyclistes de la métropole d'Orléans, celui à lui seul résume le sentiment de tous ceux qui se déplacent à vélo et qui explique le mauvais classement d'Orléans parmi les villes cyclables : le Pont-Royal, ou pont Georges V, est devenu le symbole de tout ce qu'il reste à faire en matière de politique cyclable à Orléans. Deux bandes cyclables serrées entre le trottoir pour les piétons, une voie d'entrée vers le centre ville pour les automobilistes, deux voies pour le tram, une autre voie vers le sud pour les voitures, et le parapet. Voilà tout ce qu'il faut faire rentrer dans un espace très limité. Résultat : les cyclistes dénoncent régulièrement la dangerosité de ce franchissement de la Loire, et la plupart font tout pour l'éviter.

L'idée de supprimer une voie de tram a fait long feu

Ce symbole devenu gênant, le maire d'Orléans et président d'Orléans Métropole, Olivier Carré, veut s'en débarrasser, mais ça n'est pas si simple. En novembre dernier, il avait lancé l'idée de supprimer une voie de circulation du tram, et de le faire passer en alternance. Une hypothèse que Keolis, le gestionnaire des Transports publics d'Orléans Métropole avait chiffré : 300 000 euros de surcoût en terme d'exploitation, beaucoup plus sur la réalisation technique. Une solution qui n'enthousiasmait pas les commerçants du centre ville d'Orléans, frileux sur tout ce qui pourrait éloigner ou décourager les consommateurs.

Les usagers du vélo voulaient supprimer une voie de circulation

L'autre option, c'était la suppression d'une voie pour les automobilistes, c'était la préférée des usagers du vélo, et notamment du collectif "Vélorution", qui milite, notamment à travers des rassemblements à bicyclette et en musique, en faveur d'une plus grande place faite au vélo à Orléans, et qui dans une cartographie des points noirs des pistes cyclables à Orléans, avait colorié en noir ce pont Georges V. Une option redoutée encore plus que la première par les commerçants orléanais. 

On imaginait construire cette passerelle au bas de la rue du Cheval Rouge, à l'ouest du Pont-Royal, mais de l'autre côté de la Loire, cela semble plus compliqué à réaliser

C'est donc désormais officiel : aucune de ces options n'est finalement retenue. Orléans Métropole, par la voix de son vice-président en charge des Transports, le maire de Saint Jean de Braye David Thiberge, annonce le lancement de nouvelles études, sur la construction de deux passerelles piétons/vélos pour franchir la Loire. La première se situerait à l'ouest du Pont-Royal. Son emplacement reste encore à déterminer explique David Thiberge : "pour que cela fonctionne, il faut un cheminement propre et sécurisé des deux côtés. On imaginait la placer à l'entrée de la rue du Cheval Rouge, rive droite, mais de l'autre côté cela s'avère plus compliqué, donc rien n'est décidé"

Le collectif Vélorution propose de supprimer une voie de circulation - Radio France
Le collectif Vélorution propose de supprimer une voie de circulation © Radio France - Anne Oger

Des projets architecturaux espérés à l'automne 2018

La seconde passerelle serait construite entre le site de l'ancien "Cabinet Vert", au bout du quai du Roy, à Orléans, et le lieu-dit Saint-Loup à Saint Jean de Braye, avec cette fois l'idée de desservir l'Ile Charlemagne. Mais là encore, rien n'est tranché. "Des études vont être lancées, toutes les faisabilités techniques ne sont pas arrêtées. On devrait avoir les premières études architecturales au cours de l'automne 2018. On veut être le plus efficaces possible" ajoute David Thiberge. Reste que ces études sont annoncées sans qu'aucun chiffre ne soit avancé par Orléans Métropole. Et que le calendrier reste assez flou : "ce serait sans doute dans le prochain mandat" confie le vice-président d'Orléans Métropole.

Les commerçants du centre ville favorables à la passerelle

Une solution qui satisfait le président des Vitrines d'Orléans, l'association des commerçants du centre ville, Alexandre Viana de Sa : "la passerelle c'est ce que proposait ma prédécesseure, je suis heureux de voir que le maire d'Orléans l'adopte finalement. Nous, ce dont nous ne voulions absolument pas de la suppression d'une voie de circulation". Une revendication qui a été entendue, au grand désespoir de ceux qui ne voient justement pas d'autre solution. "Cette passerelle, ces deux passerelles, même, maintenant, c'est de la surenchère" s'agace Nicolas Guilmain, membre du collectif "Vélorution". "Il y a trente ans on en parlait déjà" !

Cette passerelle, on en parlait déjà il y a trente ans, maintenant on parle de deux passerelles, c'est juste de la surenchère

Pour le collectif, le maire d'Orléans et les élus de la Métropole cherchent simplement à gagner du temps, sans froisser les commerçants du centre ville. "On n'en est qu'aux études techniques, autant dire qu'on va encore l'attendre longtemps, cette passerelle qu'on nous promet. Sans savoir en plus si elle se fera vraiment. Il y a des solutions beaucoup plus simples, et David Thiberge, qui parle d'efficacité, devrait réfléchir à la nôtre : expérimenter le franchissement du Pont-Royal en voie unique pour les voitures. Ca, ça ne coûte pas grand chose, moins cher, même, que des études techniques"