Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Future deuxième ligne de tram à Tours : la procédure a débuté avec les propriétaires situés sur le tracé

-
Par , France Bleu Touraine

150 propriétaires, publics ou privés, sont concernés par les rachats d'immobilier dans le cadre de la future deuxième ligne de tram à Tours. Tous habitent le long du tracé. La moitié d'entre eux vit à La Riche. Tous ne verront pas leurs logements disparaître.

La deuxième ligne du tram va passer par la place Jean Jaurès, devant la mairie de Tours
La deuxième ligne du tram va passer par la place Jean Jaurès, devant la mairie de Tours © Radio France - Boris Compain

Les travaux n’ont pas encore débuté que déjà la future deuxième ligne du tram se prépare à Tours. Tout le long du tracé, prévu entre Chambray-lès-Tours et La Riche, des maisons ou des immeubles vont en effet devoir être rasés pour laisser la place à ce nouvel équipement. 

150 propriétaires concernés par les rachats d'immobilier

Et les discussions ont déjà commencé avec les propriétaires concernés. Ils sont 150, publics ou privés. Ils habitent dans des maisons ou des appartements. La moitié d’entre eux vit à La Riche, le long de la rue de la Mairie. Un quart à Tours, l’autre quart à Chambray. Tous ne vont pas voir disparaître leur logement. Par endroits, la métropole n’a besoin d’acquérir qu’une petite parcelle, une bande de terrain le long d’un trottoir ou une place de parking par exemple, pour faire passer son tram. Pour les autres bien sûr, il faudra raser. Il y a ainsi une soixantaine de logements entiers à acquérir.

L'expropriation, la dernière des solutions

Pour tous en tout cas, la procédure a commencé. Huit biens sont déjà acquis, ou en cours d’acquisition, dont sept logements à la Riche. 33 autres sont en cours d’évaluation par un service de l’Etat, le service des domaines. La métropole fera ensuite une offre, "on rentrera alors dans une phase de discussions, de négociations" détaille son vice-président délégué aux mobilités. L’idée c’est de trouver un règlement à l’amiable, d’éviter la dernière des solutions pour Christophe Boulanger, c’est-à-dire l’expropriation. 

Un dernier recours qui sera possible s’il y a déclaration d’utilité publique. Celle-ci pourrait intervenir après l’enquête publique qui doit commencer début 2022. Les travaux pourraient débuter dans la foulée fin 2022, pour une mise en service en 2025.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess