Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Gatuité des transports en commun à Marseille "impossible" selon l'ancien élu chargé des transports à la métropole

-
Par , France Bleu Provence

Selon Jean-Pierre Serrus, cette mesure envisagée par la présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence serait trop coûteuse.

Métro ligne 2 à Marseille (photo d'illustration)
Métro ligne 2 à Marseille (photo d'illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Invité de France Bleu Provence, Jean-Pierre Serrus, maire LREM de la Roque d'Anthéron et ancien vice-président en charge des transports à la métropole Aix-Marseille-Provence a estimé que la mise en place de la gratuité des transports en commun dans la métropole était "impossible". Mardi, Martine Vassal avait évoqué cette piste "à certains endroits" et en appelle à l'Etat pour financer cette mesure destinée à améliorer la circulation dans l'une des métropoles les plus embouteillées de France. 

Comment financer la mesure ?

Jean-Pierre Serrus qui défend la fusion entre la métropole Aix-Marseille-Provence et le département des Bouches-du-Rhône pour créer une collectivité "plus efficace" a estimé à 600 millions d'euros par an le montant du financement des transports en commun.  "Ce sera 650 millions en 2021 et 700 millions en 2025. Or les recettes de la tarification rapportent près de 110 millions à l'échelle de la métropole. Dire qu'on peut se passer de cette somme est impossible", affirme le maire de la Roque d'Anthéron alors que le taux des versements transports des entreprises est déjà l'un des plus élevés. 

L'appel de Martine Vassal à l'Etat

Cette question est en effet "sur la table" a insisté de son côté Martine Vassal qui souhaite mener une étude tout en reconnaissant que cette mesure aurait "un coût". "Peut-être allons-nous avoir une bonne surprise de la part de l'Etat qui va dire qu'il prend en charge" espère la présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence.