Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le GCO, grand contournement ouest de Strasbourg

GCO : à Strasbourg, les partisans du futur contournement ouest sont soulagés

mercredi 4 octobre 2017 à 18:58 Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les défenseurs du GCO sont soulagés. Mardi, le ministre de la transition énergétique Nicolas Hulot n'a pas enterré le projet.

D'après les pro-GCO, le contournement ouest devrait réduire les bouchons aux abords de Strasbourg
D'après les pro-GCO, le contournement ouest devrait réduire les bouchons aux abords de Strasbourg © Maxppp -

Strasbourg, France

Du soulagement. C'est ce qui domine chez les défenseurs du grand contournement ouest (GCO) à Strasbourg. Le ministre de l'écologie Nicolas Hulot a annoncé mardi qu'il n'enterrait pas le projet.

Un chantier inévitable

Le gouvernement veut réaliser de nouvelles études sur l'impact environnemental du GCO. Du coup la suspension des travaux est confirmée. Mais le gouvernement n'a pas pour autant annoncé abandonner le projet. C'est bien là le principal pour les pro-GCO. Pour eux, il est plus que jamais nécessaire de faire quelque chose face à la montée inévitable du nombre de voitures : "C'est comme ça, " explique Jean-Luc Heimburger, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Alsace (CCI). "Notre mode de vie et de consommation, ainsi que le dynamise de notre territoire conduit à ce qu'il y ait plus de voitures." Donc à la CCI, on soutient le GCO pour justement absorber ce surcroît de véhicules.

Jean-Luc Heimburger comprend les défenseurs de l'environnement qui combattent le GCO. Mais pour lui, tout est question de compromis : "On ne fait pas d'omelette sans casser d’œufs. Essayons simplement d'en casser le moins possible et de faire la meilleure omelette possible." L'image est claire.

Le GCO ne sera pas un aspirateur à voitures

Surtout que, comme le rappelle le président de l'Eurométropole Rober Herrmann, le but du GCO est de fluidifier le trafic pour justement diminuer la pollution : "Il faut penser aux hommes et aux femmes qui habitent à côté de l'A35 aujourd'hui. Et à tous ceux qui passent des heures dans les bouchons chaque jour." D'ailleurs, dans les prochains jours, Robert Hermann doit lancer un grenelle de la mobilité dans toute l'Eurométropole.

Le GCO sera efficace uniquement s'il est accompagné d'autres moyens de transport. C'est ce que précise Robert Herrmann : "L'objectif n'est pas de faire un aspirateur à voitures. On doit continuer nos efforts sur les transports en commun, le vélo, le TER, etc." Le groupe Vinci, en charge du projet, n'a pas voulu réagir à la décision de Nicolas Hulot de faire perdurer le GCO tout en suspendant les travaux temporairement.