Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes en Occitanie : les transporteurs routiers "lourdement impactés"

Conséquence du mouvement des gilets jaunes, les pertes pour les entreprises de transport sont déjà "considérables" selon la FNTR en région Occitanie, notamment pour le transport de marchandises "lourdement impacté".

"En bloquant les camions, les gilets jaunes se trompent de cible" (illustration)
"En bloquant les camions, les gilets jaunes se trompent de cible" (illustration) © Maxppp -

"Depuis le 17 novembre, notre activité se paralyse et nos conducteurs attendent des heures, voire des jours, dans leur cabine dans des conditions parfois précaires." La Fédération nationale des transports routiers en Occitanie (FNTR) monte au créneau pour défendre ces conducteurs qui "continuent d’être pris dans divers blocages et barrages" sur de nombreux sites mais plus "particulièrement à Alès et Perpignan Saint-Charles."

Les gilets jaunes se trompent de cible

Selon la FNTR, les pertes pour les entreprises de transport sont d’ores et déjà considérables et rejaillissent sur l’ensemble de l’économie locale. Elle évoque "une perte de chiffre d’affaire de près de 10 millions d'euros par jour" pour son seul secteur dans la région. "Ne nous trompons pas de combat!" martèle la Fédération qui rappelle que ce ne sont pas ses entreprises qui votent les taxes, "au contraire, nous combattons toute fiscalité supplémentaire." 

"Nous sommes des employeurs, pas de décideurs politiques."

Si elle dit comprendre le mécontentement exprimé par les gilets jaunes, la FNTR met en avant le fait qu'elle est un opérateur économique et qu'elle emploie 35.000 personnes en Occitanie. Françoise Gleize, déléguée régionale, tient à souligner que les livraisons non effectuées "ne sont pas facturées au client." Alors que dans le même temps, les conducteurs seront payés.

Attention aux réactions d'énervement

Elle lance également un appel aux gilets jaunes qui seraient tentés de retenir les camions ce vendredi. "Certains conducteurs sont excédés et après avoir passé une semaine dehors, bloqués, ils veulent absolument rentrer chez eux." Par précaution, elle conseille aux manifestants de laisser passer les camions pour éviter les incidents dûs à l'énervement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess