Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Gironde : "dernièrement, j'ai ramassé des vélos" sur l'autoroute, témoigne Thierry, homme en jaune sur l'A10

vendredi 10 août 2018 à 19:25 Par Edouard Marguier, France Bleu Gironde

Le département compte une vingtaine d'hommes en jaune pour surveiller les portions girondines des autoroutes A10, A89 et A62. Ils seront très vigilants samedi à l'occasion d'une nouvelle journée très chargée sur la route. Ils ont déjà vu beaucoup de comportements dangereux.

Thierry est l'un des hommes en jaunes qui surveillent les autoroutes Vinci de Gironde.
Thierry est l'un des hommes en jaunes qui surveillent les autoroutes Vinci de Gironde. © Radio France - Edouard Marguier

Gironde, France

Les hommes en jaunes sont les anges-gardiens des autoroutes. Ils seront très sollicités samedi pour le nouveau chassé-croisé de l'été. Bison Futé la classe la journée en rouge (et même en noire en Auvergne-Rhône-Alpe) dans le sens des départs et orange dans celui des retours. Ces hommes en jaune sont une vingtaine en Gironde et sont employés pour surveiller les trois autoroutes gérées par le groupe Vinci qui passent dans le département : l'A10, l'A89 et l'A62. Ces salariés sont répartis dans deux centres à Saint-Aubain-de-Blaye et à Ambarès et ne manquent pas d'anecdotes à raconter.

Thierry est l'un de ces patrouilleurs sur l'A10. Il parcourt entre 300 et 400 kilomètres par jour à bord de son fourgon jaune. Souvent, il doit s'arrêter pour ramasser des objets tombés sur les voies. "Dernièrement j'ai encore enlevé des vélos, explique-t-il. Pendant les vacances, les gens en profitent pour bricoler et parfois dans leur remorque ils attachent mal leur chargement. J'ai récupéré  des brouettes, des échelles, des sommiers, des choses comme cela." C'est pourquoi, il conseille aux gens de vérifier le chargement pendant les pauses (qui doivent se faire toutes les deux heures) car en roulant, la prise au vent desserre les liens.

Des conducteurs distraits

Les histoires les plus croustillantes se sont déroulées en été. A cette saison, entre 4000 et 5000 véhicules passent toutes les heures sur l'autoroute A10. Au volant, il y a parfois des conducteurs distraits. "Un camping-car s'était arrêté sur une air de repos, se souvient Thierry, homme en jaune depuis plus de vingt ans. Ils ont fait une pause et en repartant, 50 kilomètres plus loin, les parents se sont rendus compte qu'ils avaient oublié leurs enfants." Thierry s'est occupé de les ramener sur une autre aire. 

La mère a expliqué que les petits étaient tellement sages qu'elle ne s'était pas rendue compte qu'ils n'étaient plus dans le camping-car ! sourit Thierry

Il a aussi le souvenir de ces touristes n'ont pas attendu de trouver une aire d'autoroute pour pique-niquer. "Ils ont déplier le parasol et l'ont planté dans l'herbe derrière la bande d'arrêt d'urgence pour manger sans se soucier de rien." Ce comportement est bien évidemment strictement interdit. 

Une bande d'arrêt d'urgence porte bien son nom. Elle est là pour les urgences en cas de problème mécanique ou physique.

Thierry tient particulièrement à le rappeler. Depuis le début de l'année, 33 fourgons jaunes de Vinci comme le sien ont été percutés en France pendant des interventions sur la bande d'arrêt d'urgence.