Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gironde : un comité se bat contre les TER sans contrôleurs

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Le comité régional de vigilance ferroviaire, composé d'élus, d'associations d'usagers et de syndicats, remet en cause la convention entre la SNCF et la région Nouvelle-Aquitaine qui prévoit notamment la fin des contrôleurs dans certains TER de Gironde.

Train TER.
Train TER. © Maxppp - Vincent Voegtlin

Il n'y aura plus de contrôleurs systématiques dans les TER péri-urbains autour de Bordeaux. C'est la promesse de la nouvelle convention TER signée entre la région Nouvelle-Aquitaine et SNCF mobilités qui prévoit d'instaurer à la place des brigades de contrôle qui montent à un arrêt et descendent à un autre, sur le modèle de ce qui se fait dans les trams par exemple. 

La mesure est déjà en expérimentation sur la ligne Bordeaux - Arcachon depuis un peu plus d'un an et elle se mettra en place à partir du 1er janvier prochain sur les lignes qui relient Bordeaux à Langon, Le Verdon et Coutras.

"C'est de l'insécurité et de l'incivilité qui se développent" : Denis Bruguera, animateur du collectif d'usagers "train d'enfer ligne Arcachon-Bordeaux"

L'objectif de la région est de lutter contre la fraude et faire des économies

La suppression des contrôleurs dans les TER est fortement contestée par le comité régional de vigilance ferroviaire, créé au printemps 2018 et composé d'élus, de syndicats et d'associations d'usagers. Les membres du comité évoquent une baisse de la qualité du service rendu aux usagers mais aussi des problèmes de sécurité. Ce dernier point étant aggravé, selon eux, depuis l'accident d'un TER sans contrôleur en Champagne-Ardenne le 16 octobre dernier. 

"On demande un contrôleur pour un TER"

Le comité régional de vigilance ferroviaire exige la présence d'un contrôleur dans chaque TER. Il en appelle à la Région pour financer cette mesure qui coûterait 25 millions d'euros. Une somme incompatible avec la volonté de la Région de faire des économies. 

"La baisse de la contribution publique du conseil régional s'établit sur les cinq prochaines années à 35 millions d'euros. [Soit une baisse de 25% environ de la dotation publique allouée aux TER, entre le budget consacré avant 2019 et celui qui aura été fourni fin 2024, ndlr]. Ce ne sont pas les 25 millions d'euros que coûtent cette demande qui vont empêcher Alain Rousset [président de la région Nouvelle-Aquitaine, ndlr] de faire de la productivité", dénonce, David Plagès, délégué CGT cheminots.

35 millions d'euros d'économies

Selon la Région, ces économies sont pourtant nécessaires, elles serviront à entretenir le réseau ferroviaire, dont la remise en état est estimée à plus d'un milliard d'euros. 

Concernant la sécurité de ces TER, "ils sont tous _équipés d'un système qui permet de traiter les problèmes à distance_, pendant que le conducteur s'occupe des voyageurs dans le train", explique Renaud Lagrave, vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine en charge de transports. 

Plus de 3.000 TER ont circulé en Nouvelle-Aquitaine sans contrôleurs entre janvier et juillet 2019. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess