Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grands chantiers - 2019, année d'un nouvel envol pour l'aéroport de Limoges-Bellegarde ?

vendredi 11 janvier 2019 à 9:01 Par Alain Ginestet et Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Si l'année 2018 a été correcte pour l'aéroport de Limoges avec plus de 300.000 passagers enregistrés, l'année 2019 doit être celle qui doit lui redonner un coup de fouet. Andréa Brouille, la Présidente du Syndicat Mixte de l'Aéroport de Limoges était ce matin l'invitée de France Bleu Limousin.

2019 sera-t-elle l'année d'un nouvel envol pour l'aéroport de Limoges (image d'illustration)
2019 sera-t-elle l'année d'un nouvel envol pour l'aéroport de Limoges (image d'illustration) © Maxppp - Claire Nijnikoff

Limoges, France

Si l'année 2018 a été correcte pour l'aéroport de Limoges avec plus de 300.000 passagers enregistrés, l'année 2019 doit être celle qui doit lui redonner un coup de fouet, notamment avec le choix, dans quelques jours, de la compagnie qui assurera les liaisons Limoges-Paris et Limoges-Lyon, dans le cadre d'une procédure d'OSP (Obligation de Service Public). La Présidente du Syndicat Mixte de l'Aéroport de Limoges Andréa Brouille répondait ce matin aux questions de Françoise Ravanne sur France Bleu Limousin. 

Il n'y a actuellement plus d'avion entre Limoges et Paris (depuis le 22 décembre). Aviez-vous vraiment anticipé les choses, que s'est-il passé ?

Il y a un an, nous avons lancé une demande d'obligation de service public pour nos deux lignes, Limoges-Paris et Limoges-Lyon. Elle a été acceptée par la Ministre des Transports Elisabeth Borne. Et c'est une longue procédure qui s'est mise en place depuis le mois de mai, et la DGAC (NDLR : Direction Générale de l'Aviation Civile) nous a donné cette obligation de service public à partir du 1er février prochain. Il y avait donc un "vide juridique" pour le mois de janvier, et la compagnie Twinjet (qui assurait le Limoges-Paris jusqu'au 22 décembre) a souhaité plutôt se retirer.

Qu'est-ce que signifie cette "obligation de service public"?

C'est une sécurisation sur 4 ans. Sécurisation des liaisons, avec un nombre d'aller-retours par jour, une catégorie d'avions - nous avons demandé des avions de plus de 28 sièges, des toilettes, etc... La compagnie (qui emportera le marché) aura obligation de tenir cette ligne pendant au moins 4 ans. Il y a plusieurs compagnies sur les rangs, nous arrivons au terme de la procédure et c'est le 25 janvier, avec tous les partenaires, que nous choisirons la compagnie pour une mise en place de ces lignes, on l'espère, au 1er mars.

Cela veut dire aussi des subventions de l'Etat. Est-ce que cela permettra d'avoir des vols moins chers ?

Il y a aura une grille tarifaire obligatoire qui sera mise en place. Notre objectif est d'avoir un aller-retour TTC Limoges-Paris à des tarifs qui varieront entre 120 et 450 euros, en fonction du moment où on fait sa réservation. (...) Cette liaison doit devenir une arme contre le désenclavement du territoire, c'est un outil. Nous objectif est revenir à environ 25.000 ou 26.000 passagers par an sur cette liaison avec Paris (contre environ 7000 aujourd'hui). ce que nous avons voulu faire, c'est vraiment l'avion pour tous, sur Limoges-Paris.