Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Routes gravillonnées : quel balayage sur les départementales creusoises ?

-
Par , France Bleu Creuse

Avec les fortes chaleurs depuis un mois, les chaussées de plusieurs départementales se sont abîmées. Le Département s'est donc attelé à gravillonner ces routes, des gravillons qui s'accumulent depuis sur les bas-côtés. Problématique estiment les riverains.

De nombreux panneaux de limitations de vitesse, liées à la présence de gravillons, sont présents sur les départementales creusoises
De nombreux panneaux de limitations de vitesse, liées à la présence de gravillons, sont présents sur les départementales creusoises © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Peyroux, Saint-Vaury, France

Devant chez lui, Alexandre voit les gravillons s'amonceler sur les bas-côtés de la D22. La chaussée a été refaite il y a plus de deux semaines, car elle était criblée de fissures et nids-de-poules. Les gravillons, c'est plus sécurisé, mais "c'est maintenant que ça commence à devenir embêtant", explique-t-il. Pour cause : "ils viennent s'empiler sur les côtés au fil de la circulation, et _comme on est sur des départementales étroites, on doit souvent mettre les pneus dessus pour croiser une autre voiture_".

Un surplus de gravillons "dangereux" selon des riverains

Pour limiter les risques, le Département place systématiquement des panneaux de signalisation pour alerter sur la présence de gravillons, avec une limitation de vitesse à 50 au lieu de 80 km/h. _"_On sent qu'il y a une perte d'adhérence même à cette vitesse là, indique Alexandre. Il faut ralentir autour de 30 km/h grand maximum, autrement on sent bien que ça ne répond pas dans le volant".

C'est un peu comme à l'automne, quand les accotements sont humides. Avec l'accumulation de gravillons, c'est le même effet.

"Lorsqu'on croise un camion de grumes, on pourrait vite aller dans le fossé", acquiesce Thierry. "La solution serait balayer la route maintenant puisque ça fait près de trois semaines que les gravillons ont été répandus, ajoute-t-il. _Les gravillons, ce sera super une fois que ce sera balayé, mais on ne sait pas si ce sera fait !_". "Il faut aussi ramasser, car un balayage normal va juste les pousser plus loin", estime Alexandre.

Ça finira par s'en aller dans les fossés mais ça ne va pas se faire du jour au lendemain !

Un balayage au cas par cas

Après cette période de fortes chaleurs, de nombreuses chaussées se sont abîmées et ont dû être gravillonnées de nouveau. "Une des techniques les plus efficaces contre le ressuage, c'est-à-dire l'émulsion de bitume dans les chaussées ressort, c'est les gravillons", explique Pierre Widmann, chargé des routes en Creuse. Les services du Département procèdent au balayage "au cas par cas" selon lui. Le Département utilise ses propres machines, mais peut aussi en louer ou faire appel à des prestataires extérieurs.

Dès lors qu'il y a une nécessité de balayer, pour les chantiers dont nous sommes chargés, on s'en occupe.

_"_Nos services passent régulièrement sur les chantiers qui ont été faits pour suivre la nécessité du balayage, précise-t-il. On ne peut pas balayer les gravillons à n'importe quel moment, il faut attendre qu'ils aient été assez compactés avec la circulation et que le 'rejet' soit terminé". Le laps de temps et les conditions selon lesquelles le Département se charge du balayage varie selon chaque situation.