Transports

Grenoble généralise les zones 30, et pourquoi pas Bordeaux ?

Par Rebecca Gil, France Bleu Gironde jeudi 7 janvier 2016 à 5:48

Un carrefour dangereux où l'on est passé à 30 au quartier Saint-Genès
Un carrefour dangereux où l'on est passé à 30 au quartier Saint-Genès © Radio France - Rebecca Gil

Des rues délimitées à 30 km/h dans toute l'agglomération bordelaise, et pourquoi pas ? A Grenoble, on a sauté le pas. A Merignac, des "quartiers apaisés" se développent avec des rues à 30 km/h de plus en plus nombreuses, et à Bordeaux la dynamique est lancée.

C'est Grenoble qui ouvre la voie, celle des "villes apaisées". 43 des 49 communes de l'agglomération grenobloise vont généraliser la limitation de vitesse à 30 km/h sur leur territoire d'ici à l'été 2016. Et à Bordeaux, où en est-on ?

A Mérignac, des "quartiers apaisés" se développent

La ville de Mérignac est en quelque sorte un bon exemple en la matière. Depuis quelques années, elle a mis en place des "quartiers apaisés". On y roule à 30 km/h dans la plupart des rues. Gérard Chausset est l'adjoint au maire de Mérignac, et président du groupe des élus écologistes de Bordeaux Métropole, il préside la commission transports et déplacements : "ce que l'on a essayé de faire, c'est petit à petit avec les gens d'avoir une pédagogie. Le fait de réduire la vitesse permet de donner un signal fort. En tout cas, je suis plutôt satisfait que Grenoble ait fait cette démarche, ça fait longtemps qu'ils en parlaient, ça va nous permettre d'avoir un retour sur expérience."

Moins de pollution, de bruit, plus de sécurité... Ca va dans le sens de l'Histoire

— Gérard Chausset, président EELV de la commission transports et déplacements

"Même si certains peuvent le contester, on ne peut pas en contester les avantages. Il y a moins de pollution, moins de bruit, plus de sécurité. Et même si on sait très bien que ce n'est pas évident de rester à 30 km/h, ça baisse la vitesse moyenne. D'autre part, ça participe au partage de l'espace public, plus ouvert pour les piétons, les vélos, les personnes à mobilité réduite..."

"Ca va dans le sens de l'Histoire" Gérard Chausset

Une mesure qui fait l'unanimité

Globalement, tout le monde est d'accord pour dire qu'il s'agit d'une bonne chose. Dans le quartier Saint-Genès à Bordeaux, des zones délimitées à 30 km/h ont été mises en place depuis 2013. Le retour sur expérience est plutôt bon pour le maire de quartier, Fabien Robert : "ça fonctionne plutôt bien, bien sûr il y a des réglages à effectuer. On a changé un ou deux sens de circulation pour éviter qu'il y ait trop de véhicules dans certaines zones et qu'il y ait beaucoup de circulation dans les petites rues, on a instauré le double sens cyclable, on a fait des travaux dans certains carrefours. Après, il faut être honnête : tout repose sur le civisme des conducteurs, il y aura toujours quelques mauvais élèves" explique-t-il.

Pour les habitants, c'est une bonne chose également, certains déplorent simplement le manque de respect de certains automobilistes dans le quartier : "on se fait parfois klaxonner lorsqu'on traverse sur un passage piétons alors que le bonhomme est vert" confie Rachel. Pour les automobilistes, les premiers concernés, contrairement à ce que l'on pourrait croire ils ne sont en rien réfractaires à cette mesure, même si "rouler à 30 km/h sur une ligne droite semble compliqué" pour Jean-Louis. "Il y a des gens qui circulent, en vélo, à pieds, c'est quand-même normal"  lâche Karine. "Je suis tout à fait pour, c'est plus rassurant, il faut être plus prudent qu'avant avec tous les nouveaux véhicules qui circulent. Il faut partager la route, on n'a pas le choix" réplique Jean-Claude. Les conducteurs si on les écoute sont donc prêts à s'y plier, reste à voir à long terme s'ils tiennent vraiment parole.

Les automobilistes sont loin d'être réfractaires à cette mesure