Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Grenoble a voté son retrait du financement du TGV Lyon-Turin

lundi 18 avril 2016 à 22:57 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère

La municipalité écologiste et citoyenne de Grenoble (Isère) a voté ce lundi soir son retrait du protocole d'intention du projet de TGV Lyon-Turin qui prévoyait une participation financière de la Ville.

Le conseil municipal de Grenoble, ce lundi soir.
Le conseil municipal de Grenoble, ce lundi soir. © Radio France - Xavier Demagny

Grenoble, France

Grenoble ne financera pas le TGV Lyon-Turin. Ce lundi soir la majorité écologiste et citoyenne a décidé de se désengager du protocole de financement signée par la majorité socialiste précédente. Pour le maire de Grenoble, cette participation coûte trop cher, et pour peu de bénéfices pour les Grenoblois.

140 millions d'euros partagés entre département, métropole et ville

140 millions d'euros, c'est ce que devaient mettre ensemble le département de l'Isère, la métropole et la ville de Grenoble dans le futur Lyon-Turin.

Le maire de Grenoble estime que le projet "a été conçu il y a 25 ans, sur des hypothèses de développement de transport de marchandises délirantes, puisqu'elles sont en baisse depuis 20 ans". Pour Eric Piolle, pas question de mettre des dizaines de millions d'euros dans un projet de 26 milliards au total. L'élu EELV estime aussi que les prévisions de fréquentations sont presque cinq fois moins importantes aujourd'hui qu'en 1991.