Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF : la CGT du Limousin dit merci à ses donateurs

jeudi 12 avril 2018 à 6:07 Par Valentine Joubin, France Bleu Limousin

Depuis le début de la grève à la SNCF, la CGT du Limousin reçoit, chaque jour, trois à quatre dons en espèces. Des salariés sensibles au combat des cheminots mais aussi des usagers des TER.

Frédéric Tronche, secrétaire régional de la CGT Limousin reçoit tous les jours des témoignages de soutien à la grève.
Frédéric Tronche, secrétaire régional de la CGT Limousin reçoit tous les jours des témoignages de soutien à la grève. © Radio France - Valentine Joubin

Limoges, France

Des usagers qui vont au guichet pour donner dix euros aux grévistes

La grève à la SNCF se poursuit avec de nouvelles perturbations à partir de jeudi soir et jusqu'à samedi. Si le mouvement va à son terme, les grévistes perdront 36 jours de travail. Depuis plusieurs jours, ils peuvent compter sur un élan de solidarité sur internet avec des collectes populaires dont l'une a déjà réuni plus de 600 000 euros. En Corrèze et en Haute Vienne, c'est sur le terrain, de main à main que les soutiens se manifestent. Depuis le début de la grève, la CGT du Limousin reçoit chaque jour des dons en espèces, "des petites sommes, de 20 euros maximum", s'étonne Frédéric Tronche, secrétaire régional. 

"Un retraité qui nous fait un chèque de 20 euros. Qu'il en soit remercié!", Frédéric Tronche, secrétaire CGT du Limousin.

En 35 ans de syndicalisme, Frédéric Tronche dit n'avoir jamais vu ça : "C'est la première fois que nous avons des usagers qui vont au guichet pour donner dix euros de soutien aux grévistes. Il y a aussi des gens que l'on rencontre dans la rue".  Le responsable syndical évoque aussi le coup de fil d'un retraité gagnant 880 euros par mois et qui souhaitait donner 20 euros. Frédéric Tronche insiste sur la diversité des donateurs "un agent d'assurance, des fonctionnaires, des gens de Madrange, de l'ARS, divers milieux".

Plus que les sommes récoltées, le sentiment d'être soutenus

Tout l'argent récolté est envoyé à la direction nationale de la CGT et sera reversé après la fin de la grève en fonction du nombre de jours non travaillés. L'important n'est pas le montant mais la démarche estime Eric Bénard, secrétaire régional FO, même quand on évoque les milliers d'euros récoltés au niveau national sur internet. "Faut pas se leurrer, vu le nombre de grévistes...Quand on sait qu'on va perdre chacun mille euros voire plus. Mais c'est surtout le sentiment d'être soutenus". 

Du côté d'UNSA ferroviaire, on dit ne pas se soucier, pour le moment, des questions d'argent. Le mode opératoire choisi par les syndicats, une grève intermittente de deux jours sur cinq, "permet aux cheminots d'être "plus patients, de tenir dans la durée", estime Michel Pouyaud, le secrétaire régional UNSA. Ce qui motive les troupes ajoute-t-il, ce sont les propos "violents"du gouvernement et la colère qu'ils suscitent.