Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF : la direction va proposer "trois millions de billets TGV à moins de 40 euros"

jeudi 10 mai 2018 à 21:46 - Mis à jour le vendredi 11 mai 2018 à 8:09 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Dans une interview au journal Le Parisien, le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, annonce ce jeudi des gestes commerciaux pour les clients, en pleine grève des cheminots. Il promet des billets TGV et des cartes de réduction à petit prix cet été. Les prévisions de grève seront aussi connues plus tôt.

Guillaume Pepy invité de France Bleu le 11 avril.
Guillaume Pepy invité de France Bleu le 11 avril. © Radio France -

"Une opération de reconquête". Alors que la grève des cheminots, entamée début avril, se poursuit, le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, annonce ce jeudi dans Le Parisien que l'entreprise va " faire des gestes commerciaux" pour "redonner de la confiance" aux clients.

Trois millions de billets de TGV à moins de 40 euros pour l'été 

"Entre le 15 mai et le 31 août, nous proposerons 3 millions de billets de TGV à moins de 40 euros sur toutes les destinations et tous les jours" précise Guillaume Pepy au Parisien. "Ces billets seront mis en vente à partir du 15 mai." L'objectif affirme le patron de la SNCF "est que toutes les places disponibles durant cette période soient proposées à environ moitié prix." 

Par ailleurs, toutes les cartes de réduction seront vendues "au même prix, 29 euros du 23 mai au 15 juin, au lieu de 50 euros pour la carte Jeune, 60 euros pour la carte Senior+ et 75 euros pour les cartes Enfant+ et Week-End".
 

Ces mesures s'ajoutent aux indemnisations déjà décidées, notamment pour les abonnés aux TER. Pour les trains de banlieue d'Ile-de-France, la direction de la SNCF doit rencontrer la présidente de la région Valérie Pécresse le 17 mai. Le montant de remboursement pour les abonnés franciliens "ne pourra pas être inférieur à 50% du prix des abonnements, même s'il y a eu plus de trains en Ile-de-France qu'en régions les jours de grève", a déjà assuré Guillaume Pepy.

Les prévisions jusqu'à fin mai connues dès ce vendredi

Invité sur franceinfo ce vendredi matin, Guillaume Pepy a également répondu aux critiques des associations d'usagers sur les prévisions de trafic tardives. Il a annoncé qu'à partir de ce vendredi, la SNCF va "pouvoir annoncer les trains qui circulent en TGV et Intercités jusqu'à la fin du mois de mai".

Le patron de la SNCF a aussi précisé que la grève allait coûter à l'entreprise publique "plus de 300 millions d'euros, y compris les mesures commerciales".

La consultation des cheminots n'aura "aucune" légitimité

Interrogé sur le référendum interne organisé par les syndicats de cheminots au sujet de la réforme ferroviaire, le patron de la SNCF a répété qu'il estimait qu'il n'aurait "aucune" légitimité, le Parlement ayant seul le pouvoir de décider.

"La réforme ferroviaire est un sujet qui ne concerne pas que l'entreprise mais tous les Français et qui sera tranché par les élus nationaux dans quelques semaines. Personne ne peut confisquer le débat et le vote au Parlement", a-t-il détaillé avant d'agiter le spectre de la division syndicale : "deux syndicats, l'Unsa et la CFDT, ont accepté de participer ce vendredi à une réunion avec la ministre des Transports, Elisabeth Borne, concernant les amendements au projet de loi. C'est un avancement."

Deux nouvelles journées de grève sont prévues dimanche 13 mai et lundi 14 mai.