Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF : le covoiturage en hausse à Laval

mardi 3 avril 2018 à 14:34 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Conséquence presque évidente de la grève des cheminots à la SNCF, le nombre d'annonces de covoiturage, au départ de Laval, sur la plateforme Blablacar est en hausse ce mardi et dans les jours à venir.

Covoiturage (illustration)
Covoiturage (illustration) © Maxppp - Marc Demeure

Laval, France

Pour certains mayennais c'est un baptême, pour d'autre une solution de repli de plus en plus fréquente. Le covoiturage. Avec un mouvement de grève des cheminots à la SNCF qui s'annonce long (trois mois), de plus en plus d'usagers en Mayenne s'inscrivent sur la principale plateforme de réservation Blablacar. 

Rien que sur la journée de ce mardi 3 avril, on recensait près de 150 annonces au départ de Laval. 110 ce mercredi et déjà une centaine pour jeudi (le préavis de grève des cheminots expire momentanément ce jeudi à 8h). Sur le terrain, covoitureurs et covoiturés sont facilement repérables, comme au parking relais de Saint-Nicolas. Steve sort d'une voiture, il arrive d'Angers et a fait la route avec une dame qu'il ne connaît pas. L'avantage du covoiturage c'est "le contact humain" explique-t-il. 

"Je me suis fait beaucoup d'amis grâce au covoiturage, c'est pas mal. Desfois on se retrouve à manger au restaurant avec des gens que l'on ne connaît pas"

Devant la gare de Laval, Graziano attend son covoiturage. L'étudiant doit absolument se rendre à Paris. Et financièrement, il est gagnant. "Je paie 21,50 euros alors qu'en train ce serait le double" sourit-il. Covoitureur expérimenté, Graziano a été très étonné par le nombre d'annonces affichant 'complet' ces dernières heures, en raison de la grève SNCF. "J'ai donc dû partir plus tard, je n'avais pas le choix" termine l'étudiant.