Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF : les cheminots de la Manche veulent gagner la bataille de l'opinion

vendredi 13 avril 2018 à 18:05 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Cotentin

Au cinquième jour de grève à la SNCF ce vendredi, les cheminots organisent des actions pour sensibiliser les usagers. Au marché de Valognes, dans la Manche, l'accueil a été positif de la part des habitants, qui ont en majorité soutenu le mouvement.

Anya et Claire, cheminotes, en opération tractage auprès des usagers, au marché de Valognes
Anya et Claire, cheminotes, en opération tractage auprès des usagers, au marché de Valognes © Radio France - Pauline Pennanec'h

Valognes, France

Le bras de fer ferroviaire se poursuit, au cinquième jour de grève des cheminots. Au total, 22,5% du personnel de la SNCF était mobilisé vendredi 13 avril au niveau national, selon les chiffres de la direction de la SNCF. Des chiffres en baisse par rapport au début du conflit, mais toujours d'importantes perturbations sur le trafic, et alors qu'une majorité de Français (55%) estime que le mouvement de grève reconductible à la SNCF n'est pas justifié, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro

Les grévistes de la SNCF veulent gagner la bataille de l’opinion, notamment sur le marché de Valognes ce vendredi matin.  Les cheminots ont décidé de rencontrer des usagers, pour leur donner leurs arguments. Claire et ses collègues cheminots ont distribué des journaux, avec en Une, le slogan : "La SNCF, défendons-la ensemble". "Je vous soutiens", lance Jacques, un retraité valognais, qui défend la gare de sa commune : "J'ai entendu dire que la SNCF voulait éventuellement supprimer des guichets, c'est une honte ! Quand on voit les parkings de la gare, c'est incroyable. Des gens qui vont travailler sur Caen, sur Paris... Il faut que cette ligne persiste, et qu'on garde des fréquences."

Un monsieur nous a dit ouvertement 'vous n'êtes que des fainéants', votre documentation, je ne la prendrai pas... C'est frustrant ! — Claire, contrôleuse à la SNCF

Une dame passe derrière Jacques, interpelle les grévistes : "C'est honteux, je suis contre la grève".  Pour Claire, impossible d'échapper à ces réactions : "Quelque part il y a une frustration, à se dire, mais mince ! Il y a aussi les gens qui pensent qu'on est là uniquement pour défendre notre statut. C'est un sujet, mais ça n'est pas que ça ! C'est aussi préserver nos gares, nos guichets, les dessertes."

Gonflés à bloc, Claire et ses collègues grévistes organiseront une nouvelle opération tractage samedi 14 avril, cette fois en gare de Cherbourg, pour essayer de marquer des points auprès des usagers. 

1 TER sur 3 en Normandie

Selon les prévisions de la SNCF pour samedi 14 avril, seul 1 TER sur 3 circulera en Normandie. Dans le détail, 1 train sur 2 est prévu sur la ligne Paris Cherbourg, 1 sur 3 entre Granville et Paris.

  - Aucun(e)
- Infotrafic SNCF