Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF : voici pourquoi le trafic ne sera pas normal, même en dehors des jours de mobilisation

mercredi 4 avril 2018 à 15:23 - Mis à jour le jeudi 5 avril 2018 à 8:40 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après deux jours de grève, la SNCF prévoit un "retour progressif à la normale" ce jeudi mais dans la pratique le trafic sera encore perturbé pour des raisons techniques. Les syndicats pourraient aussi décider de durcir le mouvement.

Le premier épisode de la grève contre la réforme de la SNCF s'achève jeudi matin
Le premier épisode de la grève contre la réforme de la SNCF s'achève jeudi matin © AFP - Jerôme Chobeaux / CrowdSpark

Les cheminots ont donné le ton mardi et mercredi, lors des deux premiers jours de la grève, en se mobilisant fortement contre la réforme de la SNCF. D'après la direction de la compagnie, le trafic sera "quasi-normal" ce jeudi. Qu'en est-il en réalité? Cela risque d'être compliqué de prendre le train. France Bleu fait le point.

Les prévisions détaillées de ce jeudi 5 avril

Dans le détail, la compagnie ferroviaire prévoit un trafic "normal" pour les TGV circulant sur les axes Est, Atlantique et Sud-Est, "quasi-normal" pour l'Axe Nord. Il n’y aura que deux trains sur cinq pour les OUIGO.

Concernant les "trains du quotidien" - Transilien en région parisienne, TER en régions - la SNCF prévoit trois trains sur quatre, trois sur cinq pour les Intercités. 

Pour les liaisons internationales, le trafic sera "quasi-normal" sur l’Eurostar, "normal" sur le Thalys et le Lyria. En revanche, prévoyez trois trains sur quatre et quatre sur cinq pour les liaisons France-Espagne et France-Italie.

En région parisienne, les RER A et B circuleront sans encombre mais il y aura trois trains sur cinq sur le RER C, deux sur trois sur le RER D et un sur deux sur le RER E. 

Désorganisation

Cette reprise progressive du trafic est due, principalement, à des raisons techniques et d'organisation.  

La grève qui a débuté lundi à 19h s’étend jusqu'à ce jeudi 8h. Conséquence, "même si nous ne sommes pas très nombreux à nous mobiliser jeudi" précise Bruno Poncet, membre du bureau fédéral SUD-rail, syndicat favorable à une grève illimitée et reconductible par période de 24 heures, "les perturbations sont inévitables, certains conducteurs seront en grève jusqu'au dernier moment, quant aux autres, il va falloir les acheminer sur leur lieu de prise de service."

Même chose pour les rames : "certaines seront peut- être au dépôt et pas sur leur lieu de départ, c'est à dire à la place prévue par le plan de transport" explique Bruno Poncet. Les impératifs de sécurité ralentissent aussi la reprise du trafic. "Les trains qui n'ont pas roulé doivent être inspectés par des agents de maintenance."

Dimanche déjà, le président de la SNCF, Guillaume Pépy, avait averti que des trains pourraient manquer, faute d'entretien. 

Les syndicats déterminés

Les syndicats représentatifs CGT, Unsa, SUD et CFDT ont prévu de se réunir jeudi avant une table ronde l'après-midi au ministère des Transports sur la dette, le financement et le statut de l'entreprise SNCF. Vendredi, une autre réunion au ministère se penchera sur les droits sociaux des cheminots.

D'ici là, environ 300 assemblées générales doivent se tenir pour décider de la suite à donner au mouvement, selon SUD-rail. Et le mouvement pourrait se durcir prévient Bruno Poncet. "Le principe de la grève intermittente - par épisode de deux jours sur cinq jusqu'au 28 juin - est rassurant pour l'Unsa et la CFDT, syndicats réformistes. Mais eux aussi sont choqués d'être si peu écoutés par ce gouvernement jusqu'au boutiste et ils pourraient se radicaliser."

D'après le syndicaliste, le calendrier plaide également en faveur d'un durcissement du mouvement. Le projet de loi sur le pacte ferroviaire, qui prévoit un recours aux ordonnances sur certains points, sera voté en première lecture le 17 avril à l'Assemblée. "Ce qui rend caduc le principe d'une grève étalée sur trois mois" pour Bruno Poncet.

"Nous avons décidé avec d'autres organisations syndicales, dont la CGT et l'Unsa, de considérer que c'était un marathon, ce n'est pas un sprint " a pour sa part déclaré Rémi Aufrère-Privel, secrétaire général adjoint à la CFDT-cheminots sur franceinfo "on peut s'installer dans la durée."

Les prévisions près de chez vous