Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève chez Air France : trois vols sur quatre assurés lundi

dimanche 22 avril 2018 à 18:32 - Mis à jour le dimanche 22 avril 2018 à 19:20 Par Xavier Demagny, France Bleu

Le conflit se poursuit chez Air France, où la direction prévoit d'assurer 75 % de ses vols ce lundi.

Rassemblement des salariés Air France, en avril 2018.
Rassemblement des salariés Air France, en avril 2018. © Maxppp -

Alors que le conflit dure à la SNCF, il dure aussi à Air France, qui prévoit d'assurer 75 % de ses vols lundi, soit trois sur quatre selon les chiffres fournis par la compagnie aérienne. Les salariés d'Air France sont appelés à une dixième journée de grève en deux mois. Ils réclament un réajustement des pour les salaires. Dans le détail, Air France table sur 65 % de vols long-courriers assurés, un taux identique pour les moyen-courriers au départ et vers l'aéroport Paris-Charles de Gaulle et 85 % pour les court-courriers à Paris-Orly et en province

Réajustement des salaires

Le nombre de grévistes est en baisse chez les pilotes, les hôtesses et stewards et les personnels au sol. "Air France regrette la poursuite de ces grèves", ajoute la direction dans un communiqué, rappelant avoir "fait plusieurs propositions pour sortir du conflit".  

La direction estime à 300 millions d'euros le montant des pertes financières, en comptant les grèves programmées lundi et mardi. Une consultation est lancée pour que tous les salariés se prononcent sur la proposition faite par la direction soit 2 % d'augmentation immédiate des salaires et 5% supplémentaires étalés sur trois ans. Les syndicats réclament 5,1% dès cette année.