Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève chez Ginko : ni tram ni bus ce samedi à Besançon

vendredi 3 novembre 2017 à 10:47 Par Clément Lacaton, France Bleu Besançon

A Besançon le mouvement de grève chez Ginko prend de l'ampleur. Ce samedi aucun bus et aucun tram ne roulera dans la capitale comtoise. Les agents dénoncent un sentiment d'insécurité et réclament plus de moyens.

Bus Ginko - Trandev
Bus Ginko - Trandev © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Besançon, France

Ce samedi à Besançon, le réseau Ginko sera totalement paralysé. Aucun bus ni aucun tramway en circulation sur le réseau, à cause d'une grève des agents. Le mouvement, qui dure depuis plusieurs semaines, était peu suivi jusqu'ici. Cette fois, la colère des salariés monte d'un cran.

Sentiment d'insécurité

Les conducteurs de bus et de tram dénoncent l'insécurité ambiante à bord, après le caillassage de quatre trams et d'un bus mardi soir dans le quartier de Planoise. Sur le volet social, ils demandent aussi plus de moyens, face au non remplacement annoncé de de plusieurs départs à la retraite.

"Conditions de travail inacceptables"

"Le mouvement a débuté le 2 septembre, précise une agent de maîtrise syndiquée à la CFDT. Les conducteurs dénoncent les conditions de travail, l'état du réseau et les conditions de transports (...). Mardi soir, des rames ont été attaquées tout comme les agents de maîtrise qui se sont rendus sur place. Nos véhicules de service ont également été dégradés. Ces conditions de travail qui se dégradent sont inacceptables. Et la police n'avait pas d'effectifs pour nous accompagner."