Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève chez Vélib' : le dialogue au point mort, les salariés manifestent à Paris

mercredi 6 juin 2018 à 5:08 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

Un nouveau rassemblement des salariés grévistes de Vélib' est prévu mercredi matin devant l'Hôtel de Ville de Paris alors que les discussions avec la direction de Smovengo sont dans l'impasse.

Les 40 salariés de Vélib' en grève depuis le 14 avril risquent le licenciement
Les 40 salariés de Vélib' en grève depuis le 14 avril risquent le licenciement © Radio France - Emilie Defay

Paris, France

Les salariés grévistes de Vélib' veulent une nouvelle fois mettre la pression sur les élus parisiens. Ils ont prévu de manifester ce mercredi à 10h00 devant l'Hôtel de Ville, à l'occasion du Conseil de Paris et alors que le dialogue avec Smovengo, l'opérateur de Vélib', est toujours au point mort.

Nouvel épisode de ce dialogue de sourd : les entretiens en vue de sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu'au licenciement. Ils étaient prévus lundi et mardi mais ces rendez-vous ont tourné court. Les grévistes, convoqués individuellement, ont choisi de s'y rendre tous ensemble. Une manière de refuser ces entretiens. "Y aller, c'est reconnaître qu'on est dans l'illégalité. Smovengo veut nous mettre la pression pour nous faire reprendre le travail", explique un salarié. 

La direction de Smovengo de son côté estime que la grève est illicite et s'appuie sur l'ordonnance du tribunal de grand instance de Paris rendu le 14 mai. Le juge des référés estime que les grévistes n'ont pas respecté le code du travail en ne déposant pas de préavis de grève. Mais il juge que les salariés sont de bonne foi et n'a pas ordonné la reprise du travail, seulement le déblocage des dépôts. Les salariés grévistes estiment donc que leur mouvement reste toujours aussi légitime. 

Le conflit chez Vélib' s'invite au Conseil de Paris

A l'occasion du conseil de Paris, mardi, le président du groupe communiste - Front de gauche, Nicolas Bonnet-Oulaldj a interpellé Anne Hidalgo sur l'avenir des salariés grévistes de Smovengo.

La ville de Paris "poursuit sa mobilisation pour la mise en place d'une médiation et pour qu'une négociation soit trouvée entre les deux partis", a répondu Christophe Najdovski. L'adjoint à la maire de Paris en charge des déplacements a précisé qu'une médiatrice a été nommée mais qu'elle ne peut commencer sa mission tant que les salariés n'ont pas repris le travail et déposé un préavis de grève dans le cadre légal. 

Les grévistes de leur côté assurent qu'ils ont rencontré la médiatrice mais que la direction refuse toute discussion. Contacté, Smovengo n'a pas souhaité faire de commentaire. L'entreprise précise simplement qu'un "manager de crise", Arnaud Marion, a été nommé la semaine dernière pour notamment tenter de résoudre le conflit social qui dure depuis le 17 avril.