Transports

Grève des pompiers de l'aéroport de Toulouse : le préfet réquisitionne des personnels pour assurer le trafic ce vendredi

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse et France Bleu jeudi 19 janvier 2017 à 18:49 Mis à jour le jeudi 19 janvier 2017 à 19:13

Sans pompiers à l'aéroport, le trafic aérien ne peut être autorisé.
Sans pompiers à l'aéroport, le trafic aérien ne peut être autorisé. © Radio France - Bénédicte Dupont

Le préavis de grève déposé par les pompiers de l’aéroport pour ce vendredi 20 janvier laissait craindre une paralysie du trafic à Toulouse-Blagnac. Faute d'accord trouvé, l'Etat a choisi de réquisitionner d'office les personnels pour assurer la sécurité incendie.

L'union locale CGT Blagnac des pompiers piste de l'aéroport de Toulouse-Blagnac a déposé un préavis de gréve illimité à partir de ce vendredi 7h, sur leurs conditions de travail. Sans les pompiers, l'aéroport estime qu'il n'est pas en mesure d'assurer la sécurité des vols. Il avait donc prévenu les voyageurs dès jeudi de la possibilité d'une suspension totale du trafic dès vendredi matin.

Finalement, faute d'accord trouvé entre le prestataire qui emploie les pompiers et la CGT ce jeudi soir, le préfet de Haute-Garonne a choisi de réquisitionner les pompiers du Service de Sauvetage et de Lutte contre l'Incendie des Aéronefs (SSLIA), qui ont une compétence spécifique à la sécurité de l'aéroport. L'État instaure donc un service minimum pour assurer la continuité du trafic.

Les salariés en grève peuvent en effet être réquisitionnés dans certaines conditions d'urgence notamment en cas d'atteinte prévisible à l'ordre public ou à la satisfaction des besoins de la population.

Les pompiers du SSLIA assurent un service de sauvetage et de lutte contre l'incendie, la surveillance des avitaillements avions avec passagers à bord, et les activités de réduction des dangers liés aux impacts d’animaux.

Trafic assuré avec une activité "quasi-normale" ce vendredi

Le trafic aérien sera donc assuré avec un niveau de protection incendie qui permettra une "activité quasi normale", commente l'aéroport dans un communiqué ce jeudi soir. Les personnes qui viennent à Toulouse en avion ou qui ont prévu de voler demain depuis Blagnac sont donc tout de même invitées à se renseigner auprès de leur compagnie.

En mai dernier, les pompiers employés par une société privée sous-traitante de l'aéroport, l'entreprise Falck, avait déjà engagé le bras de fer. A l'époque, la nomination d'un médiateur avait permis d'éviter le blocus.