Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève à la SNCF : cinq fois plus de covoitureurs à Chambéry les jours de conflit

vendredi 13 avril 2018 à 6:16 France Bleu Pays de Savoie

En Pays de Savoie, il n'y aura qu'un TER sur quinze ce vendredi et samedi pour le troisième round de la grève des cheminots. Les usagers sont parés et s'organisent notamment en faisant du covoiturage.

Cinq fois plus de covoitureurs à Chambéry les jours de grève.
Cinq fois plus de covoitureurs à Chambéry les jours de grève. © Radio France - Caroline Pomès

Savoie, France

Le service de covoiturage a encore plus la cote en Pays de Savoie depuis le début de la grève SNCF, le 3 avril. Pour la troisième session de grève "perlée" des cheminots ce vendredi et samedi, les Savoyards et Haut-Savoyards sont organisés. Selon Blablacar, la plateforme la plus connue de covoiturages, il y a eu cinq fois plus de covoitureurs que d'habitude, le premier jour de grève. 

"Avec mes collègues et les gens qui prennent le même train que moi, on a organisé notre système de covoiturage. C'était ça où on arrivait en retard au travail." - Mélodie

Avec un TER sur quinze pour ces deux jours, les usagers se tournent notamment vers le covoiturage. "Avec mes collègues et les gens qui prennent le même train que moi le matin, on a organisé notre système de covoiturage", explique Mélodie qui travaille près de Grenoble. C'était ça où on arrivait en retard au travail."

Des places réservées une semaine à l'avance

Jérôme fait du covoiturage depuis des années entre Grenoble où il travaille et Aix-les-Bains où il vit. "Depuis la grève, constate-t-il, ma voiture est pleine tous les jours. Les places sont même réservées une semaine à l'avance. Les gens s'organisent." 

Des places qui selon les aguerris du service de voiture partagée auraient augmentées sur les longs trajets en moyenne de 10 euros.