Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Grève SNCF : pourquoi la reprise du trafic est-elle si lente ?

mardi 10 avril 2018 à 6:36 Par Paul Barcelonne, France Bleu Périgord et France Bleu

Le trafic reprend après deux jours de grève à la SNCF. Ce mardi, 94% du trafic TER sera assuré en Nouvelle-Aquitaine. Mais lors de la fin des débrayages, les perturbations continuent. Alors pourquoi encore des retards, des trains annulés ou surchargés ? Explications.

Trains à l'arrêt un jour de grève - illustration
Trains à l'arrêt un jour de grève - illustration © Maxppp - Vincent Isore MaxPPP

Dordogne, France

Le trafic reprend après deux jours de grève à la SNCF !  Ce mardi, 94% du trafic TER sera assuré en Nouvelle-Aquitaine. Mais vous l'avez sûrement remarqué : lors de la fin des débrayages, les perturbations continuent. Retards, trains annulés ou surchargés : le trafic met souvent plusieurs heures, avant de redevenir totalement normal. La direction de la SNCF assure faire au plus vite, et au mieux. Mais les syndicats de cheminots semblent en jouer. Alors, pourquoi la reprise du trafic est-elle si lente ?

Les cheminots doivent remplir une déclaration d'intention

48h avant chaque débrayage, les cheminots grévistes doivent remplir un formulaire : une déclaration d'intention, la D2i. Elle est à renvoyer au gestionnaire de moyens de la SNCF, chargé d'assurer le service minimum. C'est une pure formalité administrative, prévue par la loi, mais les cheminots la remplissent sur leur temps de travail.  Si les retards s'accumulent, les syndicats de cheminots en jouent, ils recherchent la "désorganisation" de la SNCF, "une guerre psychologique" dit un conducteur gréviste. 

Les rames doivent être révisées avant de rouler

15 000 trains circulent chaque jour en France : une mécanique de précision. Mais après deux jours de grève, rames, conducteurs et contrôleurs ne sont pas forcément dans les bonnes gares au bon moment. Enfin, la reprise du service ne se fait pas automatiquement. En effet, si une rame n'a pas roulé pendant 24h, elle doit d'abord filer à l'atelier pour une révision complète. Par ailleurs, un train-balais doit ouvrir la voie à vitesse réduite. Pour des raisons évidentes de sécurité. D'où les perturbations, au delà des deux jours de grève des cheminots