Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Gros chantier de modernisation pour la ligne de trains Dax-Morcenx

-
Par , France Bleu Gascogne

SNCF Réseau, qui est chargé de l'entretien des voies, a commencé le 24 juin dernier un important chantier de modernisation sur la ligne Dax-Morcenx. En janvier prochain, les trains pourront à nouveau rouler à vitesse normale, c'est-à-dire 160 km/h.

Le train usine qui a réalisé le chantier Libourne-Bergerac et qui réalise actuellement le chantier Morcenx-Dax : le train de coupe remplace les rails et les traverses
Le train usine qui a réalisé le chantier Libourne-Bergerac et qui réalise actuellement le chantier Morcenx-Dax : le train de coupe remplace les rails et les traverses - Tony Daoulas-SNCF Réseau

Département Landes, France

C'est un énorme chantier, qui n'arrive que tous les 30 à 50 ans, et qui va durer six mois dans les Landes. Le 24 juin dernier, SNCF Réseau a commencé les travaux de modernisation de la ligne Dax-Morcenx. 65 kilomètres de voies  vont être entièrement remplacés : des rails aux  traverses en passant par le ballast. Dans le détail, ces travaux consistent à remplacer 26 kilomètres de rails, traverses et ballast sur les deux voies et à renouveler le ballast et les traverses sur une portion de 39 kilomètres. 

L'opération, qui va durer jusqu'à la fin de l'année, doit garantir la sécurité de la ligne et permettre aux trains de rouler à nouveau à leur vitesse nominale, la vitesse pour laquelle la ligne a été conçue : 160 km/h, et ainsi améliorer la régularité des horaires

Pour ce faire, SNCF Réseau a recours à l'une des trois "suites rapides" qui existent en France. Appelées également train usine, il s'agit d'un ensemble d'engins travaillant en simultané et capables de renouveler près de 1.000 mètres de voie par jour. Au total, 100.000 traverses et 120.000 tonnes de ballast seront remplacées. 400 personnes seront mobilisées par jour au plus fort du chantier. 

Le chantier est réalisé de nuit, avec la reprise des circulations chaque matin. Il nécessitera la fermeture temporaire de 13 passages à niveau, au fur et à mesure de son avancement, avec la mise en place de déviations routières. 

Le montant des travaux de modernisation est de 83 millions d'euros, financés à 100% par SNCF Réseau. 

Le train usine qui a réalisé le chantier Libourne-Bergerac et qui réalise actuellement le chantier Morcenx-Dax : la dégarnisseuse remplace le ballast - Aucun(e)
Le train usine qui a réalisé le chantier Libourne-Bergerac et qui réalise actuellement le chantier Morcenx-Dax : la dégarnisseuse remplace le ballast - Tony Daoulas-SNCF Réseau

Deux Installations Permanentes de Contre-Sens  

Dans le cadre de ce chantier, SNCF Réseau a également réalisé deux installations permanentes de contre-sens, à Morcenx et à Laluque. Un peu comme un aiguillage, ce dispositif technique permet aux trains de passer d'une voie à l'autre et donc de circuler dans les deux sens sur une même voie. Ces installations fonctionnent depuis le 24 juin et permettent donc de dégager des plages d'intervention sans trop d'impact sur les circulations. Les travaux auront duré deux ans et se montent à 52 millions d'euros, cofinancés par l'Europe, à 16% (la section Dax-Morcenx fait partie du corridor atlantique qui relie la péninsule ibérique au nord de l'Europe), à 16% par l'Etat, 16% par la Région Nouvelle-Aquitaine et 52% par SNCF Réseau.

Mais, au delà des travaux, leur mise en service permet désormais de faire rouler plus de trains et en cas de panne d'une caténaire par exemple, ou d'arbres sur la voie, de faire passer le train sur la deuxième voie et ainsi de limiter les retards. 

Le 27 juin dernier, un incident électrique à Laluque a entraîné des retards sur la ligne SNCF entre Bordeaux et Dax, avec parfois plus de trois heures de retard. Cela aurait été pire sans ces IPCS explique Renaud Lagrave, le vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des transports : "Ces installations ont permis de dévier les trains et de faire en sorte qu'ils puissent reprendre une voie et la desserte du sud de la région, ce qui n'était pas possible sans ces installations."