Transports

Haro sur la fraude en gare de Dijon

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne lundi 10 octobre 2016 à 19:35

Vérification des titres de transport avant l'accès aux quais en gare de Dijon
Vérification des titres de transport avant l'accès aux quais en gare de Dijon © Radio France - Jacky Page

Déploiement de forces inhabituel en gare de Dijon ce lundi après-midi et en soirée. 80 agents de la SNCF épaulés par des policiers, ont mené une opération anti fraude aux entrées et sorties des quais. La fraude coûte chaque année une fortune à l’entreprise ferroviaire.

Difficile de passer à travers les mailles du filet ce 10 octobre 2016 en gare de Dijon. Des dizaines de contrôleurs, d’agents de sécurité et de policiers sont déployés au pied des escaliers menant aux quais. Leur mission : empêcher la fraude. Au total, pendant les sept heures que vont durer les opérations, pas moins de 10.000 voyageurs vont être contrôlés avant de monter sur les quais, ou bien en descendant de leur train.

Une passagère s’énerve, mais en gardant le sourire : « je trouve cela très désagréable, parce que je vais être contrôlée deux fois, avant de monter dans le train, et à bord de la rame. On perd du temps. » Un voyageur au contraire approuve l’opération de la SNCF : « On paie le train déjà assez cher, alors si en plus certains resquillent… ».

80.000 procès-verbaux dressés dans les trains de Bourgogne-Franche-Comté en 2015

La fraude coûte chaque année 300 millions d’euros à la SNCF. Dans une rame très chargée, le contrôleur n’a pas le temps de vérifier tous les voyageurs, et sur un trajet qui compte de multiples arrêts, il est facile pour un fraudeur de quitter le train avant d’avoir été contrôlé. L’an dernier, 80.000 PV ont été dressés à bord des trains en Bourgogne-Franche-Comté. Éric Cinotti, directeur régional de la SNCF, précise que la loi Savary, votée au printemps dernier, renforce les pouvoirs des contrôleurs et les pénalités encourues :

« Un billet non composté vaut une pénalité de 20 euros contre 10 euros auparavant. Voyager sans titre de transport coûte 50 euros en plus du prix du trajet. Et la fraude d’habitude, qui concerne les récidivistes, peut amener ses auteurs devant un tribunal à partir de 5 voyages impayés, contre 10 voyages auparavant. »

Les peines peuvent aller jusqu’à six mois d’emprisonnement et une grosse amende. La SNCF entend multiplier les contrôles en gare, et en réaliser deux par semaine en Bourgogne-Franche-Comté.

Partager sur :