Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Hausse des carburants : la grogne a atteint l'Auvergne

dimanche 4 novembre 2018 à 18:22 Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

En Auvergne aussi la hausse du prix des carburants fait râler les automobilistes, qu'ils habitent près des villes ou à la campagne.

Les carburants repartent à la hausse en Auvergne
Les carburants repartent à la hausse en Auvergne © Radio France - Mickaël Chailloux

Clermont-Ferrand, France

Alors qu'il entame un long déplacement en région à l'occasion du centenaire de la fin de la Première Guerre Mondiale, Emmanuel Macron s'est exprimé clairement sur la question des taxes : "J'assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l'essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail".

Sur un an, le prix du diesel a bondi de 23%, l'essence de 16% et le fioul domestique de 25% environ. Pour rappel, le gouvernement a prévu plusieurs hausses de taxes sur les carburants sur la période 2018-2022 : +30,5 centimes par litre pour le gazole, +15,5 centimes par litre pour l'essence et +17,7 centimes par litre pour le fioul domestique.

Des hausses qui font râler certains automobilistes, trouvant que le gouvernement y va un peu fort. "Trop de taxes tuent les taxes" explique Bruno, courtier en assurances à Lempdes, et qui possède avec sa femme deux véhicules diesel. "On est pris au piège" résume Roland, chauffeur de bus. 

La ruralité particulièrement touchée 

C'est dans les territoires ruraux que cette hausse est la plus mal vécue. "Beaucoup de communes avaient baissé leur taxe d'habitation pour être attractive, cette hausse des carburants va annuler cet effet positif" résume Vincent Descoeur, député du Cantal. L'élu craint que dans son département cette hausse du prix des carburants ait des conséquences dramatiques, comme la disparition des stations essences du bord des routes, ou encore et surtout la désertification.Il demande à ce que le gouvernement "entende l'exaspération de nos concitoyens".

"J'ai l'impression qu'on nous refait le coup du 80 km/h" -Vincent Descoeur

"Une nouvelle fois, c'est l'aveuglement, l'obstination, la certitude d'avoir raison contre tous" assure le député cantalien.  

Blocage prévu le 17 novembre prochain 

En réaction à ces hausses, un mouvement national de blocage s'est mis en place. Si les revendications dépassent la simple question de la hausse des carburants (également l'augmentation du prix du gaz ou la baisse des retraites), ces manifestants veulent faire reculer le gouvernement. Plus de 200 personnes se sont rassemblées ce week-end à Saint-Beauzire pour une réunion d'organisation de ce blocage.