Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Haute-Vienne: Jean-Baptiste Djebbari au chevet des petites lignes de train

-
Par , France Bleu Limousin

Le Secrétaire d'Etat au transport Jean-Baptiste Djebbari était en visite ce samedi en Haute-Vienne. L'ex député de la Haute-Vienne est venu échanger avec les élus et les syndicats de la SNCF sur le sort des petites lignes notamment celle reliant Limoges à Brive en passant par Saint-Yrieix.

Le Secrétaire d'Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebarri est en Haute-Vienne ce samedi pour évoquer le sort des petites lignes de train comme Limoges-Brive en passant par Saint-Yrieix
Le Secrétaire d'Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebarri est en Haute-Vienne ce samedi pour évoquer le sort des petites lignes de train comme Limoges-Brive en passant par Saint-Yrieix © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Il n'est pas venu présenter un énième grand plan chronophage, Jean-Baptiste Djebbari, ex député de la Haute-Vienne et désormais Secrétaire d'Etat aux transports se penche sur le sort des petites lignes de train.  C'était le thème central de sa première visite en Haute-Vienne, ce samedi, depuis sa nomination au gouvernement. Il a rencontré en tout début de matinée à Limoges les syndicats de cadres et cheminots de la SNCF avant d'assister à la réunion du Comité de pilotage de la ligne Limoges-Brive, interrompue depuis un an et demi après un affaissement de terrain. 

Rouvrir Limoges-Brive d'ici deux ans 

Il aimerait que la liaison reprenne d'ici deux ans, tout au plus et a présenté pour cela une solution, ou plutôt une expérimentation : le train léger. " Ca reste un vrai train" explique le Secrétaire d'Etat qui pense que celui-ci pourrait être plus adapté aux besoins du territoire " il coûte moins cher à l'exploitation, moins cher à l'achat", une solution qui selon lui paraît souhaitable à la fois pour la région, les élus, et les usagers. Il voudrait que la Haute-Vienne soit un territoire d'expérimentation de ce nouveau mode de transport ferroviaire.

Prochaine étape : évaluer le coût 

Philippe Sudrat, le maire de Coussac Bonneval très engagé  dans la défense de la ligne Limoges-Brive, attend toutefois de le voir pour le croire mais est enthousiaste en voyant l'engagement et la volonté de l'ancien député haut-viennois même s'il précise qu'il n'y a pas de "diagnostic chiffré" pour le moment et que "la prochaine étape consistera donc à évaluer les coûts. "   

" Il faut envisager rapidement des travaux de reconstruction de la ligne"

Mais de son côté, fervent défenseur du train léger et du tram-train,  Fabrice Gerville Réache, le maire de Nexon, rappelle qu'il y a encore plus urgent . "D'ores et déjà il faut cesser que des tronçons de cette voie ne s'interrompent à nouveau. J'ai entendu que quelques millions étaient mis entre Nexon et Saint-Yrieix mais _il faut aussi envisager rapidement des travaux de reconstruction de la ligne_". 

"Les trains c'est la région, les rails c'est réseau ferré de France"

Sur la ligne, la région Nouvelle-Aquitaine a en effet mis cinq millions d'euros, pour parer au plus pressé, " un pansement face à une hémorragie" pour François Vincent, Conseiller Régional délégué Nouvelle Aquitaine qui prévient que la région ne paiera pas la totalité de l'addition. " Les trains qui roulent sur les voies c'est la région, mais les rails c'est pas nous , c'est réseau ferré de France !"  souligne-t-il, " Pour l'instant le seul qui a mis de l'argent sur la table pour réparer les voies, c'est la région. L'Etat doit rentrer encore plus dans cette réflexion et mettre de l'argent sur la table."  

Et pas simplement pour la ligne Limoges-Brive.  Reçus en tout de début de matinée, les syndicats de cheminots comme la CGT soulignent la volonté affichée par Jean-Baptiste Djebbari de défendre les petites lignes du quotidien, tout en dénonçant le manque d'engagement concret et surtout financier du Secrétaire d'Etat, notamment sur la ligne Limoges-Angoulême.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu