Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Inondations dans l'Aude

La galère des usagers du train à cause des inondations de l'Aude

jeudi 8 novembre 2018 à 5:31 Par Lisa Melia, France Bleu Hérault et France Bleu

Trois semaines après les inondations de l'Aude, le trafic des trains sur l'axe littoral est encore perturbé, à cause des travaux pour remettre les voies en bon état. Les voyageurs râlent.

Gare Saint-Roch à Montpellier
Gare Saint-Roch à Montpellier © Maxppp - Christophe FORTIN

Hérault, France

Fanny est arrivée chez elle 26 heures après l'heure d'arrivée prévue. Partie en weekend au Pays Basque, son train retour est annulé à quelques heures du départ. Obligée de passer une nuit à Bordeaux, elle a eu beaucoup de mal à rentrer dans la région. Les exemples similaires ne manquent pas, ces dernières semaines. Les inondations dans l'Aude, les 14 et 15 octobre dernier, ont fait 14 morts et des centaines de sinistrés. Elles ont aussi abîmés les voies ferroviaires. Depuis trois semaines, la SNCF est à pied d'oeuvre pour réparer les dégâts et rétablir un trafic normal.

Ce qui n'empêche pas les voyageurs de râler. Aurélien devait se rendre à Angoulême, via Bordeaux. Quelques heures avant son départ, il reçoit une notification l'informant que son premier train aura deux heures de retard... et qu'il manquera donc sa correspondance. Finalement, son cas est réglé par téléphone, la SNCF lui offre une autre correspondance, en première classe. "Pour moi, l'impact a été minime, mais je ne comprends pas qu'on m'ait vendu des billets alors qu'il y a encore des travaux", dit-il. 

Même son de cloche chez Catherine, qui a dû annuler un rendez-vous professionnel à Marseille à cause d'un retard. "Avant de partir, j'ai vérifié mon train sur l'application, qui m'annonçait cinq minutes de retard, raconte la Montpellieraine. En arrivant en gare, les panneaux d'information m'annoncent une heure et demi de retard !" Le comptoir de vente lui dit de se renseigner auprès d'un agent sur le quai, qui lui confirme le changement d'horaire, mais lui dit qu'il ne peut pas faire modifier l'information sur l'application et le site internet. "Il y a un souci d'anticipation et d'information", s'agace Catherine.

Du côté de la SNCF, on assure faire le maximum pour que les usagers soient le moins affectés possible. Sur les deux voies de l'axe littoral, une seule peut être empruntée pour l'instant et elle est, en plus, soumise à des limitations de vitesse. Il faut par ailleurs y faire circuler les Intercités, les TER, les TGV et le fret. Forcément, les imprévus s'accumulent, les retards aussi.

"Je ne rends pas la SNCF responsable des intempéries, précise Fanny, qui n'a pas encore digéré ses 26 heures de retard. En revanche, j'ai acheté mes billets après les inondations. Ils auraient dû prévoir quel train pourrait rouler ou pas. Je n'ai pas pu être au travail mardi matin, alors que j'avais des obligations professionnelles."

Une bonne nouvelle, toutefois : la deuxième voie devrait être récupérée en fin de semaine prochaine. Il reste des travaux, donc la compagnie ferroviaire ne peut garantir un retour complet à la normale. Le trafic devrait tout de même s'améliorer et les retards, se raréfier.