Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Ile-de-France : des feux rouges sur les bretelles de l'A86 pour désengorger l’autoroute

-
Par , , France Bleu Paris

France Bleu a répertorié les principaux points noirs qui entravent la mobilité en France. En Ile-de-France, l'A86 est l'une des autoroutes les plus engorgées de la région. Pour fluidifier la circulation, des feux rouges ont été installés sur des bretelles d'accès. Et ça marche.

Feux tricolores sur la bretelle d'accès à l'A86 extérieure en direction de Paris
Feux tricolores sur la bretelle d'accès à l'A86 extérieure en direction de Paris © Radio France - Valentin Dunate

L’A86 fait cauchemarder plus d’un automobiliste francilien. Cette autoroute francilienne souvent engorgée fait perdre un temps précieux et vrille les nerfs de ceux qui la prennent tous les matins pour aller travailler. Pourquoi ça bouchonne ? Quand il y a beaucoup de monde sur l’autoroute, ceux qui veulent y entrer se retrouvent coincés au bout de la bretelle d’accès. Et plus le temps passe, plus ça coince des deux côtés. Pour éviter cet effet entonnoir et venir à bout de ce point noir, la DIRIF (Direction des Routes d’Ile-de-France) a mis en place des feux tricolores sur certaines bretelles d’accès depuis 2007.

Comment ça fonctionne

Il a d'abord fallu poser des capteurs sur l’autoroute et les bretelles d’accès. Ils permettent de mesurer la densité du trafic en temps réel. Pierre-Baptiste Delpuech,chef du département exploitation et technologie à la DIRIF explique le principe : "Ces feux fonctionnent de façon automatisées. Le principe c'est de réguler l'accès en fonction de la congestion sur l'autoroute. Quand la congestion s'accumule, le système le détecte automatiquement et régule le nombre de véhicule qui peuvent accéder à l'axe principal". En d'autres terme, quand la circulation bloque, le feu sur la bretelle passe au rouge. Cet arrêt, prévu pour durer 10 secondes maximum, permet de libérer le bout de la bretelle d’accès et de fluidifier la circulation sur l'autoroute où pendant 10 secondes plus personne ne rentre. Il y a 75 bretelles équipées de ce système en Ile-de-France sur l'A4, l'A6, l'A86 et bientôt sur l'A1 et l'A3. 

Un panneau lumineux signale le feux tricolore sur la bretelle d'accès à l'A86
Un panneau lumineux signale le feux tricolore sur la bretelle d'accès à l'A86 © Radio France - Valentin Dunate

Une solution qui marche : 3 à 20% de gain de temps 

Les premiers feux tricolores ont été déployés en 2007 et il y a eu nouveau déploiement en 2014/2015 avec un système qui a quelque peu évolué comme l'explique Pierre-Baptiste Delpuech : "ce qui a évolué, ce sont les algorithmes pour mieux réguler et être plus intelligent. Ces algorithmes font en sorte que les feux s'activent de façon coordonnés sur un même axe. Quand il y a plusieurs bretelles à la suite, ils s'activent de façon intelligente". L’évaluation du système a été réalisé et le résultat est positif : Le gain de temps pour les automobilistes est "de 3 à 20%". Lors des premières évaluations effectuées, une augmentation de la vitesse de +10% avait été constatée en heure de pointe. Il y avait aussi moins de risque d’accident (-20%) et moins de pollution (-30%) selon la DIRIF.

En Ile-de-France la situation s'est donc améliorée mais les automobilistes ont du mal à s'en rendre compte tellement il y a de monde sur l'A86 aux heures de pointe. Ce qu'ils n'imaginent pas, c'est que ce serait encore pire sans ce système. 

Le feu reste au rouge 30 secondes maximum.
Le feu reste au rouge 30 secondes maximum. - DIRIF

Un système qui ne permet pas d'éradiquer les bouchons

Si ce système permet de fluidifier la circulation de l'A86, malheureusement il est insuffisant pour empêcher la formation de bouchons. Pour le chef du département exploitation et technologie à la DIRIF : "ça n’empêche pas la congestion d'exister mais ça permet de ralentir le moment ou la congestion se met en place. Une fois que c'est totalement bouché , le système ne fonctionne plus." Depuis 2007, 25 millions d'euros ont été investit par la Région et l'Etat pour ces feux piloté et réalisé par la DIRIF

Choix de la station

À venir dansDanssecondess