Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Île-de-France : la livraison des nouvelles rames du RER B risque d'être retardée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Un nouveau recours d'Alstom a empêché la signature du contrat de commande de 146 nouveaux trains destinés à la ligne B du RER francilien, annonce la RATP, ce lundi 25 janvier 2021. Un recours qui pourrait retarder la livraison de ces rames prévue à partir de 2025.

Photo d'illustration RER B
Photo d'illustration RER B © Maxppp - Maxppp

Les usagers du RER B risquent d'attendre plus longtemps que prévu pour voyager dans les rames nouvelle génération. En principe, 146 trains neufs doivent remplacer, à partir de fin 2025, les rames actuellement en circulation sur cette ligne qui dessert la région Île-de-France.

Trois recours déposés par Alstom

Le consortium composé par le groupe canadien Bombardier et de l'espagnol CAF a été choisi, le 13 janvier dernier, par la RATP et SNCF Voyageur pour les construire : un marché à 2,56 milliards d'euros. Le contrat devait être signé, officiellement, ce lundi, mais c'était sans compter le nouveau recours déposé le 22 janvier par Alstom (qui doit devenir propriétaire de Bombardier Transport, ce vendredi) dont la proposition n'a pas été retenue.

Contacté par France Bleu Paris, le constructeur français explique les motivations de ce recours en soulignant des "irrégularités dans la procédure d'appel d'offres" et parce qu'il estime que "la notification de rejet de la RATP... est incomplète". "Alstom souhaite avoir des détails sur les raisons du rejet de son offre"

De leur côté, la RATP et SNCF Voyageurs, à l'origine de l'appel d'offres, déclarent regretter "vivement cette multiplication de procédures, qui conduit en pratique à retarder la commande des trains MI20 (matériel d'interconnexion commandé en 2020) et s'apparente à une mesure dilatoire".

"Un scandale" pour la FNAUT 

Pas question de revenir en arrière et de faire attendre encore plus les usagers, estime Bernard Gobitz, le vice-président en Île-de-France, de la FNAUT, l'association des usagers de transports. "Les usagers ne comptent pour rien, ils sont utilisés comme un objet par Alstom pour faire pression sur la RATP et sur Île-de-France Mobilités, c'est un vrai scandale !" Il y a urgence, dit-il, à remplacer les trains actuels vieillissants. "Aujourd'hui, aux heures de pointe, les passagers se marchent sur les pieds, l'été il fait une chaleur épouvantable alors que les nouvelles rames seront climatisées et apporteront un confort".

Même discours du côté de plusieurs élus franciliens comme Grégoire de Lasteyrie, maire (LR) de Palaiseau dans l'Essonne, desservie par trois stations du RER B. "L'intérêt des usagers, des Franciliens c'est que le RER B soit rénové le plus rapidement possible... ce nouveau matériel est extrêmement attendu et je crois qu'il faut que l'ensemble des acteurs gardent bien ça en tête, à commencer par Alstom", insiste l'élu qui est également délégué spécial aux nouvelles mobilités au conseil régional. 

Un million de voyageurs quotidiens

Le RER B dessert toute la région du nord au sud et dessert notamment l'aéroport de Roissy. Près d'un million de voyageurs  l'empruntent chaque jour (hors pandémie). Il s'agit de la deuxième ligne ferroviaire d'Europe la plus fréquentée. Les nouveaux trains de Bombardier, capables de rouler à 120 km/h, offrent 20% de capacité supplémentaire par rapport aux rames actuelles et sont plus accessibles, selon un porte-parole du groupe canadien, dont l'absorption par Alstom devrait être officialisée ce vendredi. Ce dernier affirme qu'il mettra tout en oeuvre "pour s'assurer, en tant que repreneur de Bombardier, de la viabilité économique du projet et ainsi permettre le respect du planning initial fixé par la RATP, à savoir la livraison des premiers trains fin 2025".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess