Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDEO - Ile-de-France : les communes votent la fin d'Autolib'

jeudi 21 juin 2018 à 17:24 - Mis à jour le vendredi 22 juin 2018 à 11:05 Par Emmanuel Collardey et Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Paris et les villes de banlieue regroupées dans le syndicat Autolib' Vélib' Métropole ont acté ce jeudi la décision qui avait été annoncée par sa présidente Catherine Barratti Elbaz la semaine dernière. La mairie de Paris réservera les places de stationnement Autolib' aux véhicules électriques.

Autolib
Autolib © Radio France/Martine Bréson

Île-de-France, France

L'arrêt de mort d'Autolib' est signé. Les élus regroupés dans le syndicat Autolib' Métropole ont comme prévu décidé de mettre fin au service des voitures grises en autopartage, lancé il y a sept ans. La décision était dans l'air depuis le litige entre le syndicat et son partenaire, le groupe Bolloré, qui exigeait le versement de 233,7 millions d'euros pour éponger le lourd déficit du service. Cet arrêt a été voté ce jeudi après midi, par le syndicat qui regroupe les 103 communes partenaires, dont Paris.

Lisez le communiqué du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole

La mairie de Paris estime que Bolloré n'a pas respecté ses engagements

Emmanuel Grégoire était l'invité de France Bleu Paris vendredi matin à 8h15. Il a expliqué ce que la mairie de Paris reprochait à Bolloré et pourquoi la décision de rompre le contrat avait été prise.

Regardez son interview :

Le groupe Bolloré veut saisir le tribunal administratif

Le groupe Bolloré ne veut pas en rester là. Il va contester la décision du syndicat mixte Autolib' Vélib' métropole (SAVM) de résilier le contrat de délégation publique des voitures électriques en libre service. Un responsable du groupe l'a annoncé jeudi à l'issue du conseil syndical.  

Ce soir c'est une grande tristesse pour le service" - Gilles Alix

"On va continuer à se battre, n'écoutez surtout pas les balivernes du syndicat, sachez que nous irons au tribunal administratif et que nous obtiendrons beaucoup d'argent, je pense que c'est comme ça que ça va se terminer", a déclaré Gilles Alix, président d'Autolib' SAS, à l'issue du conseil syndical.  Il a regretté la décision de la ville de Paris, majoritaire au sein du syndicat. "Ce soir c'est une grande tristesse pour le service... et les contribuables", a-t-il déclaré.

Une centaine de salariés d'Autolib' ont manifesté

Des salariés très inquiets pour leur avenir. ils demandent demander "la préservation de leur emploi" et la "poursuite d'Autolib'".

Manifestation des salariés d'Autolib' - Radio France
Manifestation des salariés d'Autolib' © Radio France - Emilie Defay

Les places de stationnement et bornes de recharges réservés aux conducteurs de véhicules électriques

Dans un communiqué, la mairie de Paris dit s'engager au déploiement des alternatives à Autolib'. 

Plus de 600 véhicules en autopartage sont disponibles dès à présent dans la capitale. Un chiffre qui va considérablement progresser dans les prochains mois. Les 3.244 places de stationnement et bornes de recharge Autolib’ présentes dans la capitale seront dédiées aux conducteurs de véhicules électriques.

A lire aussi : 

Autolib' : le maire du Chesnay ne voulait pas voir disparaître les voitures en libre-service

Fin d'Autolib' : Bolloré avait contre-attaqué avec une pétition