Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Ils transforment votre voiture diesel en véhicule électrique

-
Par , France Bleu Isère

Des étudiants grenoblois fraîchement sortis d'école ont créé la start-up Phoenix Mobility et s'apprêtent à lancer auprès du grand public un "kit de conversion". Ou comment transformer n'importe quelle voiture en véhicule 100% électrique. Leur ambition : atteindre 100 000 "conversions" d'ici 2024.

Une partie de l'équipe de Phoenix Mobility
Une partie de l'équipe de Phoenix Mobility © Radio France - Lionel Cariou

Grenoble, France

"Notre objectif c'est de permettre à n'importe qui de bénéficier d'un véhicule électrique à moindre coût" commence Wadie Maaninou, le jeune président-fondateur de la non moins jeune société Phoenix Mobility, une start-up hébergée sur la Presqu'île scientifique dans les locaux de Grenoble INP. Une grande partie de l'équipe, qui compte 6 personnes, est d'ailleurs issue des rangs de l'école d'ingénieur. 

Wadie Maaninou, 26 ans, nous fait monter à bord d'une Renault Clio achetée d'occasion sur le Bon Coin il y a quelques mois. Une voiture "normale" à première vue. Sauf qu'elle fait très peu de bruit, et pour cause ! Les ingénieurs en mécanique de Phoenix Mobility ont transformé ce modèle de série équipée d'un moteur diesel en véhicule 100% électrique ! "Là-bas vous avez le moteur qu'on a retiré, avec le réservoir à essence et le pot d'échappement" lance Wadie Maaninou en pointant du doigt un recoin de l'atelier. Une partie gît à même le sol, le reste est posé sur une table : c'est tout ce qu'il reste du passé thermique de la voiture... 

Le moteur thermique est remplacé par un "kit de conversion" - Radio France
Le moteur thermique est remplacé par un "kit de conversion" © Radio France - Lionel Cariou

La prise électrique cachée dans la trappe à essence

La Clio a subit une véritable opération à cœur ouvert... Pour s'en rendre compte, il faut soulever le capot. Et là, surprise ! une grande boîte métallique de forme rectangulaire a remplacé le moteur d'origine. Sylvain Deplace, co-fondateur de la start-up, ouvre la boîte qui contient "toute l'électronique de contrôle" ; en-dessous il y a une partie des batteries ( l'autre partie est sous le plancher du coffre ) et le moteur électrique à proprement parler explique l'ingénieur. La prise de recharge des batteries est située, non pas sur l'avant comme la plupart des voitures électriques, mais à l'arrière, en lieu et place de... l'ancienne trappe à carburant !

Le chargement des batteries se fait par l'ancienne trappe à essence - Radio France
Le chargement des batteries se fait par l'ancienne trappe à essence © Radio France - Lionel Cariou

Entre 10 et 15 000 euros pour une transformation 

Pour réaliser cette "conversion" du thermique à l'électrique, il a fallu opérer de savants calculs et faire du sur-mesure. Waadie Maaninou affirme qu'il sera bientôt possible de le faire en une journée chez un réseau de garagistes partenaires. Les précommandes seront lancées d'ici la fin de l'année sur le site de Phoenix Mobility pour de premières livraisons en 2020. "On est parti d'un constat : c'est qu'il y a une urgence d'opérer une transition du secteur du transport vers des moyens de mobilité plus propres, argumente le président de la société. Mais tout le monde n'a pas 20, 30 ou 40 000 euros à dépenser pour acheter un véhicule électrique. Aujourd'hui notre conversion se chiffre entre 10 000 et 15 000 euros." Un coût que Waadie Maaninou compte bien faire baisser.

Avec un véhicule citadin qui fait 20 000 km par an, le retour sur investissement se fait en 5-6 ans, et ensuite le véhicule est zéro émission - Waadie Maaninou, co-fondateur de Phoenix Mobility

L'ancien moteur thermique... - Radio France
L'ancien moteur thermique... © Radio France - Lionel Cariou

Le président de la start-up embraye sur la diminution des frais d'entretien : "Avec un moteur électrique, le moteur ne tombe jamais en panne et le kit de conversion a une longévité qui se compte en décennies. Sur un véhicule thermique on a des centaines  de composants qui sont en rotation et en frottement permanent pour faire avancer le véhicule ; sur une voiture électrique on en a une dizaine, ou quelques dizaines. Il y a donc moins d'usure et moins de maintenance."

Voilà pour les arguments économiques. Mais l'origine du projet est aussi liée à une certaine "sensibilité environnementale" souligne Raphaël Hesches, l'un des cinq co-fondateur : "On propose une solution qui va émettre à la fabrication bien moins de CO2 que dans le cas d'un véhicule neuf 100% électrique." 

Des objectifs ambitieux

Phoenix Mobility, qui a déjà transformé 7 véhicules ( dont certains au Kenya ), fait le pari de transformer 1 000 voitures dès 2020 avec sa technologie... et 100 000 en France d'ici 2024. "Vous savez combien de véhicules thermiques sont en circulation dans le monde ? interroge Sylvain Deplace avec un sourire. Plus d'un milliard !" Soit un marché potentiellement énorme. 

L'EQUIPE DE PHOENIX MOBILITY

Wadie Maaninou - Radio France
Wadie Maaninou © Radio France - Lionel Cariou
Sylvain Deplace - Radio France
Sylvain Deplace © Radio France - Lionel Cariou
Raphaël Hesches - Radio France
Raphaël Hesches © Radio France - Lionel Cariou
Choix de la station

France Bleu