Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Indemnisations SNCF : réactions mitigées chez les usagers loirétains

vendredi 27 avril 2018 à 19:30 Par Etienne Escuer, France Bleu Orléans

Le geste était très attendu ! Une partie des usagers de la SNCF pourront être indemnisés du préjudice subi pendant la grève, alors que le sixième épisode de la grève perlée des cheminots a débute ce soir.

Les abonnés TER seront dédommagés en juin.
Les abonnés TER seront dédommagés en juin. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN

Loiret, France

La SNCF a annoncé que tout billet TER acheté resterait valable 10 jours après sa date d'expiration. Les usagers qui préféreraient se le faire rembourser pourront le faire jusqu'à 61 jours après la date de validité. La principale mesure concerne les abonnés TER : l'abonnement sera à moitié prix en juin.

Le Collectif des Gares du Val de Loire, qui regroupe essentiellement des usagers de la ligne Orléans-Tours demandait un remboursement total des abonnements du mois d'avril. Pascal Foulon, son président, est tout de même satisfait du geste de la SNCF. "C'est un moindre mal, ça me paraît logique", confie-t-il, avant de poursuivre : "Même si on aurait aimé que ce dédommagement ait lieu pour les abonnements du mois de mai."

Indemnisation trop basse et trop tardive ?

En revanche, pour AUTTOP, qui regroupe surtout des usagers de la ligne Orléans-Paris, ce geste est loin d'être suffisant. La ligne n'est pas encore officiellement considérée comme TER, et l'indemnisation est donc en suspens, selon l'association. Mais de toute façon, pour Pascal Otto, son président, l'indemnisation est trop basse et trop tardive : "Les prélèvements des abonnements du mois de mai auraient dû être amputés des jours de grève d'avril et de ceux à venir en mai." Le président de l'association note aussi "qu'avec les grèves et les travaux SNCF, les trains ne circuleront que 13 jours en mai. Sachant que lors des grèves, il faut un jour et demi pour que le trafic revienne à la normale.

Le conseil régional du Centre Val de Loire se félicite quant à lui du dédommagement, mais craint à terme une baisse du nombre d'abonnés TER une fois la grève des cheminots terminée.