Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Indre-et-Loire : les centres de contrôles technique débordés jusqu'au 20 mai

vendredi 6 avril 2018 à 5:32 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Avec l'arrivée du nouveau contrôle technique le 20 mai prochain, c'est la cohue dans les centres agréés d'Indre-et-Loire. Les clients veulent éviter de payer plus cher et redoutent le durcissement des contrôles.

Le contrôle technique coûtera plus cher à partir du 20 mai 2018.
Le contrôle technique coûtera plus cher à partir du 20 mai 2018. © Maxppp - © Maxppp - Frantz Bouton/NICE MATIN

Les centres de contrôle technique connaissent une affluence anormale pour cette période de l'année. Les clients anticipent la réforme du 20 mai 2018, qui rendra le contrôle plus exigeant et plus sévère en matière de réparations.  Chez Romain Rocher, patron du centre de contrôle Autosur à Monnaie, il n'y a plus de place avant le 14 avril pour les particuliers. Les garagistes ont plus de chance, mais cela représente une surcharge de travail, avec des horaires décalés. 

On commence à 8h du matin, et on termine à 20h, parfois 21h. C'est comme ça six jours sur sept,  jusqu'au samedi soir - Romain Rocher, patron d'Autosur à Monnaie

Les centres de contrôle technique sont des professions très réglementés, et il n'y a pas de recours possible à des intérimaires pour faire face à la surcharge de travail. Les centres de contrôles techniques et les garagistes expliquent cette forte affluence par le fait que le prix du contrôle et les réparations avant la contre-visite pourrait augmenter de 20 à 30%.  Les garagistes expliquent que les clients mettent la pression pour faire passer les véhicules avant la nouvelle loi, car après ce sera plus compliqué avec les défauts critiques qu'ils vont mettre en place.  Après le 20 mai,  le véhicule (en fonction d'une défaillance critique) risque l'immobilisation en quelques heures, mais certaines dispositions du nouveau contrôle sont en train d'être assouplis selon les professionnels.  

Par ailleurs, certains centres de contrôle sont contraints à des mises à jour de leurs logiciels et le temps supplémentaire passé sur les voitures auront  forcément des incidences sur la facture. Aujourd’hui, un contrôle coûte en moyenne 65 euros. Le tarif des contre-visites sera également revu à la hausse.