Transports

Indre-et-Loire : les poids-lourds toujours nombreux sur la D910 à Monnaie malgré l'interdiction

Par Adèle Bossard, France Bleu Touraine samedi 28 janvier 2017 à 6:00

L'escadron départemental de sécurité routière et la DREAL multiplient les contrôles.
L'escadron départemental de sécurité routière et la DREAL multiplient les contrôles. © Radio France - Adèle Bossard

Un arrêté interdit les poids-lourds sur la route départementale 910 entre Monnaie et Château-Renault depuis près de 10 ans. Mais ils sont encore nombreux à braver l'interdit. Les riverains sont excédés et les gendarmes intensifient les contrôles.

Les riverains ne supportent plus les semi-remorques qui passent au milieu du village ! A Monnaie, sur la route D910 qui mène à Château-Renault, les camions sont pourtant interdits depuis un arrêté de 2008, sauf desserte locale. Mais les chauffeurs-routiers continuent de défiler, de jour comme de nuit. Alors les gendarmes multiplient les contrôles, comme au lieu-dit Grand'Vallée, au Nord de Monnaie. En quelques minutes, une demi-douzaine de camions sont interceptés. Certains sont en règle, en desserte locale. Pour les autres, c'est une amende de 90 euros. "Notre patron nous demande d'économiser l'autoroute", plaide un chauffeur-routier de l'Indre, en route vers Issoudun.

90 euros d'amende pour les chauffeurs-routiers qui s'aventurent sur cette D910. - Radio France
90 euros d'amende pour les chauffeurs-routiers qui s'aventurent sur cette D910. © Radio France - Adèle Bossard

La traversée de cette portion de la D910 est interdite aux camions de plus de 7,5 tonnes depuis 2008. Elle est également interdite la nuit depuis 1996. Aujourd'hui, avec le risque d'une amende de 90€ et des contrôles qui s'intensifient, la traversée de Monnaie n'est plus très rentable. Pour le capitaine Turquetit, qui dirige l'escadron départemental de sécurité routière, les chauffeurs locaux l'ont bien compris : la grande majorité des interpellations concerne des camions étrangers.

"On a affaire quasi totalement à une population de passage qui ne respecte pas l'arrêté parce que leur GPS leur dit de passer par là... et ils ne s'embêtent pas : ils passent sur un axe où ça génère des nuissances pour les riverains. Après, le code de la route est le même pour tout le monde et à partir du moment où on circule en France, on doit le connaître, y compris pour les chauffeurs étrangers. Les chauffeurs locaux, eux, ont pris le pli, ils prennent l'autoroute, bien qu'on ait des entreprises localisées ou implantées ici, à Monnaie. Le problème reste vraiment sur une population de chauffeurs de passage, étrangers principalement."

Les riverains, excédés, déplorent les murs qui tremblent, les trottoirs peu sécurisés, les fenêtres encrassées par les pots d'échappement, la dangerosité à la sortie des écoles... Mais ils reconnaissent aussi que le trafic routier a baissé depuis quelques années.