Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Indre-et-Loire : Toujours pas de plan de financement pour les travaux sur les lignes SNCF

-
Par , France Bleu Touraine

La région Centre Val de Loire a fait ses comptes avec la SNCF sur l'état de son réseau régional. Cinq lignes sont jugées prioritaires, nécessitant 250 millions d'euros de travaux.

photo illustration
photo illustration © Maxppp - maxppp

Indre-et-Loire, France

C'est une partie des 7 milliards d'euros nécessaires en France pour remettre en état les voies SNCF

Reste la question centrale : qui va payer ? L'Etat devait apporter des réponses au printemps à la région Centre Val-de-Loire, mais les réponses se font toujours attendre.  Les détails du plan de financement devait tomber en avril, puis en mai, puis en juin... et à ce jour, rien n'est arrivé depuis le ministère des Transports. 

Et ça malgré "nos relances régulières" dit le vice-président en charge des transports Philippe Fournié. A l'origine, l'Etat et la Région devaient se partager la facture à part égale. Est-ce que ce sera toujours vrai ? Pas sûr. 

Et pourtant, il y a urgence à intervenir. Chaque année qui passe démultiplie les factures de réparation. Sur les cinq lignes à rénover en Région Centre Val-de-Loire, trois concernent la Touraine : Tours-Chinon et Tours-Loches, mais aussi la ligne Paris-Châteaudun-Vendôme-Tours qui dessert Château-Renault. 

Rien que pour le Tours-Loches, de plus en plus de liaisons sont remplacées par des cars. L'inquiétude porte aussi sur le Tours-Chinon, et ses 400.000 passagers à l'année. "Si l'Etat ne donne pas signe de vie, nous prendrons nos responsabilités" assure la Région, "nous ferons les travaux à nos frais"

Quitte à renégocier avec l'Etat : La Région pourrait assumer seule les travaux sur les lignes Tours-Chinon et Tours-Loches. Elle demanderait alors à l'Etat d'assumer 80% des travaux des lignes inter-régionales comme le Bourges-Montluçon ou le Tours-Paris.