Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

INFO France Bleu Paris : 75% des Franciliens favorables à une zone à faibles émissions à l'intérieur de l'A86

mardi 26 février 2019 à 8:01 Par Thomas Séchier, France Bleu Paris et France Bleu

D'après un sondage, trois habitants de la Métropole du Grand Paris sur quatre sont favorables à l'interdiction des véhicules les plus polluants entre Paris et l'A86. La mesure doit entrer en vigueur dès cet été.

La lutte contre la pollution est importante pour les Franciliens.
La lutte contre la pollution est importante pour les Franciliens. © Maxppp -

Paris, France

C'est une décision qui fait beaucoup parler. Au 1er juillet 2019, les diesels immatriculés avant 2001 et les véhicules essences d'avant 1997 (c'est-à-dire équipés d'une vignette Crit'Air 5) n'auront plus le droit de circuler à l'intérieur d'un périmètre délimité par l'A86. La mesure a été votée par la Métropole du Grand Paris (MGP) et semble recevoir l'adhésion des Franciliens.

92% des sondés réclament une action rapide des pouvoirs publics contre la pollution

D'après un sondage COHDA pour la MGP, 75% des habitants de la Métropole sont favorables à la mise en place de cette zone à faibles émissions (ZFE). Une large adhésion qui s'explique par la prise en considération des enjeux climatiques et de santé publique. L'étude montre en effet que 92% des habitants du Grand Paris souhaitent une action rapide des pouvoirs publics sur la question de la pollution. Enfin, 72% des sondés se déclarent prêts à changer leurs habitants de mobilité.

43 communes sur 79 ont prévu d'appliquer la mesure

A ce jour, la Métropole du Grand Paris affirme que 43 communes (représentant 69% de la population concernée) se sont d'ores et déjà engagées à mettre en place l'interdiction sur leur territoire. Il en reste donc 36 à convaincre. De nombreux maires de Petite couronne ont déjà fait part de leur opposition, notamment en raison d'un calendrier trop serré (Gennevilliers, Saint-Denis, La Garenne-Colombes, Chevilly-Larue, Clamart, Asnières, etc.).

Pas de sanctions avant deux ans

La mesure concerne près de 26 000 véhicules roulants équipés d'une vignette Crit'Air 5. Pour autant, les premières amendes ne tomberont pas avant deux ans, avait précisé sur France Bleu Paris Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris. Il réclame à l'Etat des moyens pour installer des caméras qui pourront flasher les voitures en faute.

6 600 morts par an à cause de la pollution dans le Grand Paris

L'Observatoire régional de santé estime que 6 600 habitants du Grand Paris meurent chaque année à cause de la pollution atmosphérique.

Il faut préciser que l'interdiction de circuler sera valable du lundi au vendredi, entre 8 heures et 20 heures. La circulation des véhicules Crit'Air 5 restera donc possible tôt le matin, tard le soir, ainsi que le week-end (sauf pour les poids lourds et les autocars, pour qui l'interdiction s'appliquera 7 jours sur 7).