Transports

Innovation : une entreprise toulousaine teste un revêtement de routes économe en éclairage

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse et France Bleu samedi 29 octobre 2016 à 18:20

Voilà comment est éclairé le chemin de Duroux, Côte Pavée, devant une école.
Voilà comment est éclairé le chemin de Duroux, Côte Pavée, devant une école. - Angel Barroso - Groupe Malet

Pensez à vérifier vos feux de voitures en ce week-end de changement d'heure. Ou changez de route. Lumiroute combine un enrobé plus performant en terme de réflexion de lumières, et un éclairage optimisé. Les premiers résultats des tests évoquent une économie de 70% sur l'éclairage.

Cela fait trois ans que le procédé Lumiroute est expérimenté dans le grand Sud-Ouest. Le groupe Malet, l'un des leaders des travaux routiers en Haute-Garonne, s'est associé avec un éclairagiste. Le concept a séduit les villes de Limoges et la Teste-de-Buch près d'Arcachon.

►►► Ecoutez le reportage de Bénédicte Dupont dans les bureaux R&D du groupe Malet, à Portet-sur-Garonne.

Lumiroute, c'est quoi ?

Le procédé n'est pas révolutionnaire, juste innovant : il consiste à diminuer les consommations énergétiques en optimisant la réflectance du revêtement routier par la conjugaison innovante du couple revêtement de chaussée/installation d’éclairage. Autrement dit, mettez un enrobé plus clair, avec des candelabres LED et vous obtiendrez un éclairage plus tamisé, plus homogène.

Les automobilistes se sentent plus en sécurité même si la chaussée est moins éclairée. On veut mieux éclairer, pas plus. — Aurélia Nicolaï, chargé de projet chez Malet

Voici à quoi ressemble le matériau "Lumiroute" utilisé sur au sol par Malet. - Radio France
Voici à quoi ressemble le matériau "Lumiroute" utilisé sur au sol par Malet. © Radio France - Bénédicte Dupont

En Haute-Garonne, deux villes l'ont expérimenté : Toulouse avec une petite portion de Lumiroute réalisée devant une école du quartier Côte Pavée (chemin de Duroux) mi-2013, et un peu plus tôt en octobre 2012, une rue près de la gare à Castelnau d'Estrétefonds. Mais aucune des deux expérimentations n'a pour le moment donné lieu à des partenariats formels sur de plus larges tronçons.

Les LED coûtent plus cher que l'éclairage classique, et nos enrobés ont aussi un léger surcoût. Mais nous avons calculé que ce surcoût pouvait être rentabilisé en 5-6 ans.— Alain Béghin, directeur technique de Malet

Les bureaux de la R&D de Malet sont situés à Portet-sur-Garonne. - Radio France
Les bureaux de la R&D de Malet sont situés à Portet-sur-Garonne. © Radio France - Bénédicte Dupont

En attendant que son Lumiroute séduise, le groupe MALET qui emploie 300 personnes à Toulouse peut se concentrer sur les chantiers que vient de lui confier le Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées : la rénovation des chaussées de l'A64 entre l'échangeur de Roques et Muret ou encore la modernisation de l'aéroport de Carcassonne.

►►► LIRE AUSSI Premières éclaircies pour le procédé Lumiroute à Limoges

Partager sur :