Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Inquiétude pour l'équipage d'un cargo au mouillage au large de La Rochelle

dimanche 12 août 2018 à 12:26 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle

L'association Mor Glaz lance un SOS pour l'équipage d'un bateau battant pavillon panaméen au mouillage depuis 15 jours devant le port de commerce de La Rochelle. Elle craint que les marins n'aient pas suffisamment à manger et demande aux autorités d'aller à bord pour se rendre compte de la situation

La position du St Elias à 10h30 (point vert, au large de Chatelaillon)
La position du St Elias à 10h30 (point vert, au large de Chatelaillon) - Site internet : Marine Traffic Global shiping

La Rochelle, France

Le St Elias est au mouillage depuis 15 jours devant le port de La Rochelle. Ce cargo vraquier bat pavillon panaméen, son armateur est grec.
Il vient de Lorient où il a été immobilisé pendant 25 jours, en raison de son mauvais état.
Le centre de sécurité des navires de Lorient l'a autorisé à prendre la mer pour un seul voyage vers La Rochelle où il doit faire des réparations. "Nous craignons que la situation se transforme en semi abandon de navire" dit l'association Mor Glaz, qui protège "la mer et les marins". Son président Jean-Paul Hellequin est très inquiet pour l'équipage du cargo composé de 16 marins ukrainiens et 2 officiers grecs.
"Quand le navire a quitté Lorient, nous savions déjà que les marins ne se portaient pas très bien, qu'ils étaient fatigués" dit Jean-Paul Hellequin. Il redoute que la situation à bord ne soit "pas être saine" et demande aux autorités maritimes, et aux services sociaux d'aller voir sur place ce qui se passe à bord du St Elias. Depuis l'arrivée du bateau à La Rochelle, l'association n'a pas de nouvelles de l'équipage.

65 000 dollars de salaires non payés. 

Le centre de sécurité des navires de Lorient a laissé partir le St Elias pour La Rochelle, où selon l'armateur grec il sera plus facile de faire les travaux demandés : un changement des chambres froides, et la pose de nouvelles amarres, entre autre. Mais Mor Glaz doute de la bonne foi de l'armateur qui n'a pas réglé les salaires de l'équipage précédant : il doit 65 000 dollars aux marins roumains qui ont débarqué à Lorient. Il est scandaleux que dans une europe censée protéger les marins, il y ait encore des affréteurs qui travaillent avec ce type de bateaux "dangereux pour les marins, et dangereux pour l'environnement" tonne Jean-Paul Hellequin. Lorsqu'il est arrivé à Lorient, le St Elias transportait une cargaison de tourteaux de Soja d'une valeur de 2 millions d'euros. 

Une situation qui ne peut pas durer.

Le St Elias est toujours ce 12 août 2018 au mouillage devant La Rochelle mais "il va arriver un moment où il n'aura plus d'énergie" prévoit Jean-Paul Hellequin. Il sera bien obligé de faire escale dans le Grand Port maritime de La Rochelle pour faire le plein de gaz oil. Or, rappelle le président de Mor Glaz "il faut pouvoir payer la facture cash, ou il faut être solvable".
Il demande aux autorités française d'être vigilantes : "S'il n'est pas en état, si les marins ne sont pas payés, ce navire ne doit pas quitter les eaux territoriales françaises". Jean-Paul Hellequin craint que l'errance des marins continue "Quand les port français rencontrent des difficultés avec tel ou tel navire, ils essayent de le refiler à un port concurrent".