Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Intempéries : la circulation des trains toujours perturbée en Isère

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère

Après le passage des violents orages dans la nuit de lundi à mardi, la circulation des trains en Isère est toujours difficile. Entre Grenoble et Chambery, elle ne sera pas rétablie avant mercredi soir.

Passagers de la SNCF à destination de Grenoble bloqués lundi soir en gare de Valence en raison des orages
Passagers de la SNCF à destination de Grenoble bloqués lundi soir en gare de Valence en raison des orages © Radio France - Nicolas Joly

Grenoble, France

La violence des orages n'a épargné ni les cultures, ni les habitations, ni les voies de la SNCF.

Pas de trains entre Grenoble et Chambéry jusqu'au 17 juillet

Depuis hier soir, la circulation des trains dans le département, et même dans la région, est fortement perturbée à cause des intempéries. Des arbres sont tombés sur les voies, d'autres ont arraché des caténaires. Conséquence, au départ de Grenoble, seuls les trains de l'axe vers Valence roulaient mardi matin. Aucune circulation vers Chambéry ou Lyon n'est possible, les trains sont sur ces axes là, remplacés par des cars. Vers Chambéry la reprise du trafic ne sera pas possible avant le 17 juillet.

"Une soirée cauchemar" Nathan, passager d'un TGV en galère toute la nuit.

Partis respectivement de Paris à 17h41 et 19h41, les deux TGV ont mis quatorze heures pour rejoindre la capitale des Alpes. Si le deuxième a été stoppé à Lyon-Saint-Exupéry pour y passer la nuit, le premier a vécu un véritable parcours du combattant, comme le raconte Nathan, un de ses passagers : " Vers 19h40, on nous a dit qu’il y avait une rupture de courant électrique. Trente, quarante minutes après on repart. On s’arrête à Saint-André-le-Gaz, c’est un passage à niveau qui est cassé. On repart, mais à vitesse réduite. Au final, on s’arrête encore à Rives parce qu’un arbre est tombé sur les voies, donc on est bloqué. Ils déblayent l’arbre. Après, ils nous disent qu’un autre arbre est tombé sur les caténaires juste derrière, qu’il faut attendre 2h30 du matin qu’un technicien arrive. Puis en fait on nous dit que ça va prendre un peu plus de temps. Vers 4h30, ils nous disent qu’on ne repartira pas parce qu’il faut une grue pour enlever l’arbre. À 6 heures, ils ont fini par nous trouver un bus et nous ramener ici. Mais on n’avait rien à manger dans le train. Personne n’est venu s’occuper de nous. En plus, ma copine était dans le train de 19h41. Je devais la retrouver à Grenoble dans la soirée, mais du coup j’attends encore qu’elle arrive de Valence. C’est un peu une soirée cauchemars…"

Depuis mardi matin, les TGV vers Paris ne sont pas supprimés, mais simplement déviés par Valence, ce qui entraîne des retards.