Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Isabelle, bloquée chez elle, ne peut pas bénéficier des transports en commun pour personnes handicapées

mercredi 5 juillet 2017 à 19:46 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne

Isabelle souffre de quatorze maladies différentes. Elle ne peut pas marcher sans se tenir, pas monter de marches, pas rester debout. Et pourtant, la commission de Divia lui refuse les transports handicapés DiviAcces.

Isabelle a formulé deux demandes pour utiliser le service Divia Access, deux demandes refusée par la commission.
Isabelle a formulé deux demandes pour utiliser le service Divia Access, deux demandes refusée par la commission. © Radio France - Marion Bargiacchi

Fontaine-lès-Dijon, France

Le comité pour le droit au travail des handicaps et l'égalité des droits (CDTHED) pousse un coup de gueule ce mercredi 5 juillet. À Dijon, une de leurs adhérentes, Isabelle, n'a pas eu le droit de prendre les transports en communs réservés pour les handicapés, les DiviAcces. La commission Divia lui a refusé deux fois.

Une commission DIVIA composée d'élus, de représentants d'associations de personnes handicapés et de médecins. Ils examinent les dossiers médicaux des demandeurs. Ils ont refusé celui d'Isabelle : Ils ont décrété qu'elle pouvait monter dans les bus ou les trams. Sauf qu'Isabelle, souffre de 14 pathologies différentes et qu'elle ne peut ni rester debout, ni monter de marches.

12 de ces pathologies ont été notées sur les certificats médicaux de ses médecins pour les dossiers. - Radio France
12 de ces pathologies ont été notées sur les certificats médicaux de ses médecins pour les dossiers. © Radio France - Marion Bargiacchi

Isabelle est figée sur sa chaise, une minerve autour du cou. Pour lire son courrier, elle a besoin d'une loupe. Toutes ces pathologies, ça fait dix ans que ses médecins en attestent.

Aucun recours possible

Il n'y a aucun recours possible contre la décision de la commission. Il faut monter un nouveau dossier à chaque nouvelle demande mais pour que le dossier soit réexaminé, il faut de nouveaux éléments

Je ne vais pas inventer des maladies, je pense que j'en ai bien assez !

Ce qui est très étonnant, c'est que dans cette commission il y a des médecins. Des médecins qu'Isabelle a tenté de joindre, sans succès. "J'aimerais juste qu'ils me donnent une explication, qu'ils arrêtent de se moquer de moi. J'ai vraiment l'impression qu'ils se moquent de moi."

Le deuxième refus essuyé par Isabelle. - Radio France
Le deuxième refus essuyé par Isabelle. © Radio France - Marion Bargiacchi

Coupée du monde

La décision de Divia empêche Isabelle d'avoir une vie sociale normale. "Je descends une fois par semaine à ma boîte aux lettres, parce que quand même je dois garder un lien avec l'extérieur. Les seuls gens que je croise, ce sont mes voisins de palier mais je ne peux pas leur demander de s'arrêter ou de prendre une RTT pour aller chercher mes médicaments !"

Heureusement, le pharmacien lui livre ses médicaments. Pour les courses, elle a deux magasins discount à côté de chez elle, avec un arrêt de bus juste en face. Mais comme elle ne peut pas y aller, elle doit commander sur internet dans des enseignes beaucoup plus cher. Et de l'argent, elle n'en a pas beaucoup, sinon elle "se paierait le luxe du taxi, pour avoir une vie normale, comme tout le monde".