Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bourgoin-Jallieu : la grève sur le réseau de bus Ruban continue

-
Par , France Bleu Isère

Un mouvement de grève perturbe le trafic des transports en commun berjalliens depuis le 15 mai dernier. Les négociations n'avancent pas. Pour la direction de Keolis et les élus de la communauté d'agglomération, la balle est désormais dans le camp des syndicats, qui ne comptent rien lâcher.

La grève des chauffeurs de bus du réseau Ruban continue
La grève des chauffeurs de bus du réseau Ruban continue © Radio France - Damien Triomphe

Bourgoin-Jallieu, France

La grève dure depuis le 15 mai,et reste très suivie par les chauffeurs des bus du réseau Ruban, les transports en commun de l'agglomération berjallienne. Une grève perlée, à l'appel de la CFDT et de Sud Solidaire, prévue en heures de pointe, que la Communauté d'Agglomération Porte de l'Isère (CAPI) souhaite voir maintenant s'achever pour la remise en service des lignes "sans délai." 

Toutes les informations au jour le jour concernant les lignes perturbées sont à retrouver sur le site du réseau Ruban

Les négociations au point mort

15 rencontres ont eu lieu depuis mai. Mais les syndicats, unis face à la direction, ne comptent pas appeler à la reprise du travail. "On ne lâchera rien" répètent les représentants de la CFDT et de Sud Solidaire, dont la principale revendication reste la revalorisation des salaires en relevant le coefficient des chauffeurs. Dans un communiqué publié ce mardi par Keolis, "l'échec des négociations porte sur des exigences disproportionnées en termes de revalorisation salariale." Aucune nouvelle rencontre n'est prévue à ce jour entre la direction et les syndicats.

"Il y a des avancées. La balle est dans le camp des syndicats" insiste Jean Papadopulo, le président de la CAPI, qui déplore le blocage. Selon lui, la direction de Keolis, qui gère le réseau Ruban, a déjà fait les premiers pas en proposant "une augmentation de 2,5% des salaires, ça fait deux fois l'inflation actuelle !" argumente-t-il, en rappelant au passage qu'un agent "qui rentre dans l'entreprise a 2 240 euros."

Choix de la station

France Bleu